Les métaux non ferreux en France aux XVIIIe et XIXe siècles : Ruptures, blocages, évolution au sein des systèmes techniques

par Anne-Françoise Garçon

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Denis Woronoff.

Soutenue en 1995

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    L'industrialisation du secteur de production des non-ferreux s'effectua entre 1680 et 1880. Une premiere periode (1680-1780) fut celle de la mise sur pied d'un secteur minero-metallurgique. Ne possedant aucune tradition en la matiere, les exploitants francais mirent au point une filiere technique orignale, emprutant a la filere allemande l'hydraulique et l'affinage, a la filiere anglaise, l'utilisation du four a reverbere. L'etat, par l'intermediaire du lyonnais gabriel jars, contribua largement a cette acquisition technique. Dans les annees 1780, la france (bretagne et cevennes) produisait 1500 tonnes de plomb et 2 tonnes d'argent. Les jacobites, la banque huguenoter, la grande aristocratie furent les promoteurs de l'enbtreprise. Une seconde periode (1780-1880) fut celle de l'industrialisation proprement dite. Elle debuta avec le developpement des industries de transformation (laminage, petite metallurgie urbaine, industrie du laiton) et la mise au point de filieres de production du zin. A partir de 1820, apparurent, sur le modele de romilly, les "usines a l'anglaises" (vienne, imphy) qui traiterent indifferemment cuivre, plomb, toles et fers blancs. Le boom ferroviaire des annees 1840 incita les capitalistes francais a investir dans l'industrie du zinc (credit mobilier, seilliere) et dans la minero-metallurgie (drouillard, benoist d'azy, marcuard). L'abondance des ressources minerales espagnoles et sardes, la demonetisation de l'argent, la montee en puissance de la production americaine obligerent a une restructuration du secteur entre 1860 et 1880. Dominee par la societe de la vieille-montagne, l'industrie du zinc parvint a maintenir ses prix prace a une cartellisation precoce. S'appuyant sur les benefices retires de la desargentation (procede de pattinson), l'industrie du plomb developpa une metallurgie portuaire (marseille, rouen, nantes). La creation de la societe penarroya en 1881 lui donnait les moyens de faire face a la transformation du systeme charbon vapeur en systeme petrole electricite alliage.

  • Titre traduit

    The non-ferrous metals industry in france between the eighteenth and mineteenth century


  • Résumé

    Jacobite aristocrats, brought to france both their funds and technical know-how. They were joined in the 1740s by members of the huguenot banking houses (tronchin, guiguer) and after the 1760s, by french aristocrats. The french metallurgists (grabiel jars) discovered the use of the "cupol" (reverberatory furnace). They used it together with the german cuppellation furnace. They therefore opted fot the german hydraulic system, rejecting the fire-engine. The french method for mining and metallurgy combined british and german skills. At the begining of the development of metals milling manufactures and of small urban smelting workshops, which used reverberatory funaces and coke, played an important role in the industrialization of the sector. At the same time, the continental zinc industry started, with the discovery of silvesian and belgian processes (society of the vieille-montagne). The railway boon of the late 1840s contributed to its development. Many banking houses (credit mobilier, seiliere, cahen d'anvers, bischoffshim), and later the c. Ic bank provided capital. In france, both french and british capitalists invested in the old lead mining and smelting industry (drouillard at poullaoue, drouillard and benoist d'azy at vialas near alais, marcuard and taylor and sons at pontgibaud in auvergne). But the industry neally took off in the 1850s with figueroa at marseilles who refined spanish argentiferous lead on a large sclae, using thue pattinson process. The french lead industry gradually moved to the harbours (rouen, nantes and marseilles), using ores and pig metals imported from spain and sardinia. Thus, the pennarroya was founded in 1881.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (738, 282 p.-26 f. de pl.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Bibliothèque François-Lebrun.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TH 265
  • Bibliothèque : Bibliothèque du Centre d'Histoire des techniques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T GAR 1
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : EHESS H 1995 61 1-4
  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque Centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : CDHT C 770

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 4537
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.