Les signaux chimiques intervenant dans le comportement du termite kalotermes flavicollis (isoptera : kaltermitidae)

par RABIAA EDDOHA

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de R. BROSSUT.

Soutenue en 1995

à Dijon .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Chez le termite kalotermes flavicollis, lors de la disparition du couple royal, des sexues de remplacements neoteniques se forment. Ces individus sont tres agressifs entre eux et exclusivement entre eux et des combats se deroulent jusqu'a ce qu'il ne subsiste qu'un seul couple. La reconnaissance entre ces neoteniques est une succession de deux etapes: a distance les neoteniques sont attires par les mouvements et les vibrations de leurs congeneres ; arrives pres du congenere, la reconnaissance est assuree par un signal chimique, qui declenche l'agressivite. L'elimination des neoteniques surnumeraires est d'abord le resultat d'un combat entre eux, mais fait intervenir d'autres membres de la societe, les pseudergates en particulier, qui attires par l'hemolymphe, devorent les neoteniques blesses. La reconnaissance interspecifique, entre k. Flavicollis et reticulitermes lucifucus banyulensis repose sur des signaux chimiques adsorbes dans les cirres cuticulaires. Les deux especes marquent et reconnaissent le nid qu'ils habitent. Chez k. Flavicollis, un signal chimique depose par les pseudergates est a l'origine de cette reconnaissance. Ce signal provient de la glande sternale. La glande sternale induit egalement un comportement de suivi de piste. La glande sternale des differentes castes produit un melange pheromonal dont le compose principal est le dodecanol. Cet alcool peut avoir un double role: assurer la coordination des activites des pseudergates, des nymphes et des soldats a l'interieur du nid et favoriser la formation des couples chez les sexues


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 95 P.
  • Annexes : 250 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.