L'impératif de la narration : analyse des oeuvres romanesques et théâtrales de Samuel Beckett et Thomas Bernhard

par Catharina Wulf

Thèse de doctorat en Études anglaises

Sous la direction de Jean-Michel Rabaté et de Alfred Hornung.

Soutenue en 1995

à Dijon .


  • Résumé

    Cette thèse est fondée sur l'idée selon laquelle l'écriture chez Samuel Beckett et Thomas Bernhard s'inscrit dans une perplexité fondamentale vis-à-vis du langage. Plus précisément, la jubilation ou la rage forcenée de créer sont inextricablement liées à une méfiance profonde envers l'activité d'écrire. Cette double empreinte caractéristique de leur réaction face à l'opération créatique met en œuvre un processus de réflexions inachevées qui inspirent l'insistance sur la narration. La perpétuation de l'acte narrateur s'explique à la manière d'un impératif, d'une injonction intérieure, à la fois consciente et inconsciente, poussant l'artiste à se soumettre au procédé créateur. Le but de ma thèse est de démontrer comment cet impératif sert à reporter le mutisme ou le silence final dans les textes de Beckett et Bernhard. Afin de mettre en lumière cette rigueur absolue à l'impératif, j'ai placé les œuvres romanesques et théâtrales de ces deux auteurs dans le contexte de la théorie esthétique d’Arthur Schopenhauer et du concept de désir de Jacques Lacan. Plus précisément, l'écriture chez Beckett et Bernhard s'inscrit dans un va-et-vient entre ces deux concepts de Schopenhauer : la connaissance pure et la volonté. Inspirée du concept des idées platoniciennes, la contemplation pure permet à l'individu de se perdre dans l'acte artistique en considérant l'œuvre d'art en dehors de la causalité et d'une relation espace-temps. La volonté en revanche ramène l'individu à ces catégories lorsqu'il cherche à trouver une explication définitive à sa création. Cette oscillation entre contemplation pure et volonté confère son absence de signification ultime aux œuvres de Beckett et de Bernhard. Le caractère indestructible et omniprésent de la volonté peut être rapproché du désir lacanien

  • Titre traduit

    The imperative of narration : an analysis of Samuel Beckett's and Thomas Bernhard’s prose and drama


  • Résumé

    This thesis argues that Samuel Beckett's and Thomas Bernhard’s works are representative of their persisting perplexity with regard to language. More precisely, the texts of both authors are marked by a certain kind of exultation or irresistible impulse to write which is inextricably intertwined with the narrators' profound wariness of their creative activity. This apparently irreconcilable attitude toward writing manifests itself in the narrators' open-ended reflections ensuring the insistence on the writing process. The perpetuation of the narration can be explained in the light of an imperative, i. E. A simultaneously conscious and unconscious command, which forces the artist to submit himself to the creative process. The aim of my thesis is to show in what way this imperative postpones the achievement of a final silence in Beckett's and Bernhard’s texts. In an attempt to elucidate the inexplicable force of the imperative, I have placed the two writers' prose and frame within the context of Arthur Schopenhauer’s aesthetic theory and Jacques Lacan's concept of desire. Beckett's and Bernhard’s writing can be understood as an oscillation between these two concepts by Schopenhauer: the pure contemplation and the will. Inspired by the notion of eternal platonic ideas, Schopenhauer’s pure contemplation enables the individual to lose himself in his artistic activity whilst considering the work of art beyond the realm of causality or any spatial-temporal relation. Yet iot is the will which inevitably leads the individual back to these categories whenever he tries to find a last explanation for his creation.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication

The imperative of narration : Beckett, Bernhard, Schopenhauer, Lacan


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (350 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie f. 318-350

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Droit-Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T40
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication

Informations

  • Sous le titre : The imperative of narration : Beckett, Bernhard, Schopenhauer, Lacan
  • Détails : 1 vol (xii-195 p.)
  • ISBN : 978-1-84519-673-8
  • Annexes : Bibliogr. et notes bibliogr. p. [176]-192. Index.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.