L' expérience subjective du temps

par Henri Mas

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-Jacques Wunenburger.

Soutenue en 1995

à Dijon .

Le jury était composé de Roland Quilliot, Jean-Claude Beaune, Raymond Court.


  • Résumé

    L'expérience temporelle du sujet, en présence de l'énigme du temps, est à comprendre comme affirmation d'une orientation du sens. S'il peut s'agir la du sens de soi, cette thèse recherche d'abord à quelles conditions subjectives, puis objectives le temps et ses différents moments deviennent significatifs pour la personne. Elle repose sur deux présupposés : une durée biographique, qui sollicite le besoin d'unité, et une capacité inhérente d'évolution personnelle. Le problème de la conscience de soi est ici revisité. La présence active à soi-même est reconsidérée, selon l'axe d'une véritable dynamique temporelle intra-subjective. La perception du temps propre bénéficie d'une interprétation relativiste de l'"unité temporelle". Enfin, les attitudes temporelles sont éclairées par une mise en perspective, en partie psychologique, des projections du moi dans le temps. Leur analyse montre à quelles conditions éthiques la relation à la dramatique de la durée devient créatrice de sens pour le sujet. Première des grandes "formes" anthropologiquement constitutives de la notion du temps, l'instant est étudié comme le lieu où l'intention de sens interagit avec les manifestations les plus variées de la réification temporelle. La troisième partie de la thèse, limitée à une réflexion sur l'immédiateté vécue dans la culture contemporaine, traite des possibilités et des modalités d'expression libre du temps personnel ; par là-même, elle prépare d'une certaine manière à une écoute de ses diverses résonances sociales.

  • Titre traduit

    The subjective experience of time


  • Résumé

    In presence of the time enigma, the temporal experience of the subject is understook as the singular assertion of an orientation of the sense. Certainly, the sense of oneself is here at stake, but this dissertation tries to study in what subjective, then objective conditions time and its different moments become significant for the person. It rests on two premises : a biographical duration, appealing to the need of unity, and the personal ability to evolve. Here, the issue of self-awareness is revisited. The active presence to oneself is reconsidered according to the main line of a real intra-subjective temporal dynamic. The perception of "own time" is best understood thanks to a relativistic interpretation of "temporal unity". Lastly, temporal attitudes are enlightenedby a setting-off, partly psychological, of the projection of the self onto time. Besides, their analysis shows in what ethical conditions the relation to the drama of duration becomes creative of subjective meaning. First one of the great "forms" anthropologically constituent of the notion of time, the "instant" is studied as the place where the intention of sense interacts with the most varied expressions of temporal reification. The third part of the dissertation, considering especially contemporary immediacy, deals with the possibilities of free expression of personal duration.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (182, 355, 547 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie f. 528-542

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Droit-Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T27*
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.