Contribution à l'étude des interactions hôte-bactéries : modulation des structures pariétales et de la translocation d'Escherichia coli chez la souris axénique et monoxénique à Bifidobacterium

par Zohra Haddou

Thèse de doctorat en Génie enzymatique, bioconversion et microbiologie

Sous la direction de Charles Romond.


  • Résumé

    Ce travail s'intéresse d'une part à l'effet de l'hôte et/ou sa microflore sur la bactérie et d'autre part à l'influence d'une souche bactérienne ou une association de microorganismes sur un hôte. Cette recherche fait intervenir une étude in vitro et in vivo. La première a pour objectif d'analyser l'action du milieu environnant sur les lipopolysaccharides (LPS) choisis comme marqueurs des variations éventuelles d'Escherichia coli humains et murins. Ces composants représentent les structures externes de la paroi des bactéries à Gram négatif pouvant être influencées par l'environnement. Dans la seconde, nous utilisons en premier lieu des souris axéniques de la lignée C3H/He. Ce modèle simple permet de suivre l'évolution d'une espèce d'E. Coli humain ou murin soumis à la seule pression de l'hôte. En second lieu, des souris dixéniques, milieu complexe où cohabitent E. Coli humain et B. Longum ou B. Breve permettent de faire apparaître l'influence des bactéries entre elles et l'hôte. Le devenir d'E. Coli in vivo est déterminé en suivant les protéines de la membrane externe (PME), les LPS et en particulier le taux en acides sialiques. L'impact des bactéries sur l'hôte est recherché, ceci est réalisé par l'étude de la translocation et l'analyse du mucus excrété dans les fèces. Ce travail met en évidence l'influence de l'hôte sur les LPS et les PME d'E. Coli humain et montre l'importance de l'environnement sur les structures pariétales des bactéries aussi bien in vitro qu'in vivo. Pour la souche murine in vivo, seule les protéines sont modifiées d'où la plus grande sensibilité de ce constituant comparée à celle des LPS. En dixénie, l'évolution est différente qu'en monoxénie, quand E. Coli humain est administré après implantation de souches de Bifidobacterium, nous constatons après une période de modification, la restauration rapide d'une partie de la structure des LPS en présence de B. Breve. Une évolution lente mais comparable se produit avec B. Longum. L'administration de B. Longum après rétablissement préalable d'E. Coli modifie les protéines mais les LPS sont inchangés. Ce qui est en faveur d'une action indirecte via l'hôte. L'influence de la bactérie sur l'hôte se manifeste par une réaction différente vis-à-vis d'E. Coli et des souches de Bifidobacterium. La translocation de B. Longum et B. Breve est rapidement contrôlée, par contre E. Coli reste présente dans les organes pendant les 6 mois de l'étude. Le contrôle de la translocation d'E. Coli et son éradication des organes ne se produit qu'en présence de B. Longum ou B. Breve et ne dépend pas du taux intestinal de ces deux souches de Bifidobacterium. L'hôte, en présence de bactéries, réagit aussi par modification de son mucus. Ce phénomène est plus intense en présence de plusieurs espèces bactériennes.

  • Titre traduit

    Contribution to the study of host-bacteria interactions : modulation of parietal structures and bacterial translocatin of Escherichia coli in axenic and Bifidobacterium monoxenic mice


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (144 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 171 réf.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Technologie de Compiègne. Service Commun de la Documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1995 HAD 821
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.