Recherche des modes de désintégrations hadroniques de leptons excités avec le détecteur ALEPH

par Alain Barres

Thèse de doctorat en Physique

Sous la direction de B. Michel.

Soutenue en 1995

à Clermont-Ferrand 2 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le modele standard presente des insuffisances justifiant de nombreuses extensions au dela de ce modele. Les modeles composites constituent l'une des voies de recherche actuelle. Le modele phenomenologique de k. Hagiwara represente une extension minimale du modele standard vers les modeles composites. En se basant sur ce modele, nous avons pu predire, de maniere detaillee, la production de leptons excites, neutres et charges, leurs differents modes de desintegration, radiatifs ou faibles, ainsi que certaines proprietes des leptons excites, tels que leurs temps de vie et leurs libres parcours moyens. Completant des analyses anterieures sur les modes de desintegrations faibles leptoniques, nous nous sommes attaches aux analyses des modes de desintegrations faibles hadroniques des leptons excites, qui representent environ 70% de leurs modes de desintegrations faibles possibles. Pour cela, nous nous sommes definis trois types d'evenements candidats decrivant l'ensemble des processus signal recherches, et ceci pour deux configurations topologiques differentes permettant de conserver une bonne efficacite pour chaque type de signal tout en assurant une rejection optimale du bruit de fond. Aucun signal n'a pu etre mis en evidence. Nous en avons deduit des limites sur les parametres libres du modele de hagiwara: les constantes de couplage, les rapports d'embranchement, et l'echelle d'energie de sous-structure. Une combinaison des limites sur les parametres libres a pu etre obtenue, a partir des resultats des modes de desintegrations faibles leptoniques et de nos resultats. L'importance des modes faibles hadroniques a pu etre notee pour l'obtention de ces limites combinees. Enfin, nous avons voulu quantifier nos resultats en evaluant des limites sur l'echelle de sous-structure #c. En se placant dans certaines hypotheses sur les constantes de couplage et les rapports d'embranchement, nous avons obtenu des limites inferieures sur #c variant de 2 a 8 tev, dans le domaine de masses de leptons excites considere


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (188 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 186-188, 53 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université (Aubière). Section Sciences et Techniques.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Blaise Pascal. Département de physique. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : PN136
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.