La didactique de l'anglais du point de vue de la psychomécanique : pour une approche cognitive de la pédagogie

par Jacques Coulardeau

Thèse de doctorat en Etudes anglaises. Didactique de la langue

Sous la direction de Michel Perrin.

Soutenue en 1995

à Bordeaux 2 .


  • Résumé

    Dans cette thèse, la didactique de l'anglais du point de vue de la psychomécanique : pour une approche cognitive de la pédagogie, nous avons voulu suivre, et articuler l'une sur l'autre, deux lignes d'approche différentes bien que complémentaires. D'une part une réflexion globale sur l'acte didactique et les conditions dans lesquelles cet acte peut se réaliser pédagogiquement, et d'autre part ce que la psychomécanique peut apporter à cette approche dans le cadre de la constitution d'une didactique raisonnée et progressive. Du croisement de ces deux lignes résulte un fort à priori cognitif. Dans la première partie nous avons suivi notre première approche. Nous sommes partis de la question des opérations linguistiques abstraites dont la didactique d'une langue étrangère comme l'anglais a besoin pour fonctionner. Cela révèle qu'un important corpus de catégories opérationnelles doit être pris en compte. Mais comment cela peut-il s'articuler sur le sujet apprenant ? C'est là que nous rencontrons des sciences dont les développements récents nous apportent des connaissances et des outils conceptuels neufs. C'est le cas de toutes les sciences du cerveau et de sa biochimie, en particulier des tout récents développements de la connaissance de ses protéines. Nous en arrivons à constater que le cerveau est un outil siège de la pensée et de l'activité linguistique et que ce cerveau a des fonctionnements qui nous obligent à repenser bien des choses dans le domaine didactique. C'est la protéine MAP2 qui représente ces évolutions de nos connaissances. En effet il apparaît qu'à partir de la vingt-quatrième semaine de grossesse le cerveau de l'enfant enregistre de façon irréversible tous les stimulis sensori-moteurs, ce qui détermine la structure fonctionnelle du cerveau, non dans son architecture générale mais dans la cytosquelettisation des dendrites des neurones. Cet enregistrement irréversible fait que le cerveau ne peut partir que de l'acquis, même si celui-ci est déficient, pour construire du nouveau. Cela nous amène à conclure que tout n'est pas possible avec tous les enfants, mais que la structure cervicale et cérébrale de l'enfant dicte ses capacités et donc ses limites. Cela correspond à une approche psychologique représentée par Vygotski. Nous apportons alors à cette approche le concept de seuil d'acquisition du savoir qui positionne tout sujet apprenant devant un savoir inconnu de quatre façons possibles et son succès ou son échec, ses progrès seront déterminés par cette position personnelle. Position de refus de l'acquisition, position d'une acceptation satisfaite mais qui refuse d'aller plus loin d'abord, du côté négatif. Position de curiosité face à un savoir nouveau, position de curiosité face à des savoirs inconnus et que l'on recherche ensuite, du côté positif. Ces positions peuvent varier d'un domaine à un autre, d'un savoir à un autre. Chaque apprenant est une mosaïque de positions de ce genre. Il s'agit d'apprendre à utiliser les positions positives pour débloquer les positions négatives en travaillant sur les savoir-faire acquis et en développant la motivation. C'est là qu'une analyse serrée du système scolaire est nécessaire, une analyse qui remette en cause la psychologie courante qui découpe l'enfant en stades successifs de maturation obligatoires. Cette psychologie vient d'une certaine lecture réductrice de l'œuvre de Piaget. Le problème est que cette psychologie réductrice renforce le système scolaire dans sa structure et son fonctionnement en le justifiant, celui-ci renforçant en retour cette psychologie réductrice en l'ossifiant dans un ensemble de préceptes irréalistes. Ce système est également marqué d'un très haut degré de sélectivité fondée sur les langues, la langue française standard, les métalangues scientifiques, techniques ou autres, et les langues étrangères. Cela débouche sur un fonctionnement hautement hiérarchisé qui classifie les enfants au lieu de chercher leurs points forts et de les développer en essayant de les étendre aux domaines plus faibles. Il faut aussi remarquer une forte absence de notre réflexion courante des concepts proposés par La Garanderie, en particulier les concepts d'enfants visuels et d'enfants auditifs, d'enfants opposants et d'enfants composants, etc… Cela débouche sur un constat d'un fort manque à gagner dans le système scolaire français. Dans cette perspective didactique nous tenons aussi à signaler notre réflexion sur l'importante question du statut matérialiste ou matériel du sujet, en particulier de sa pensée et de ses activités mentales et linguistiques. Cette réflexion est incontournable pour bien comprendre que l'on ne peut partir que de ces activités mentales et linguistiques abstraites et concrètes de l'individu pour construire du neuf, car ces activités sont matérielles et donc incontournables. Nous avons trop longtemps fait une didactique qui part d'un enfant mythique et qui idéalise les catégories fondamentales. Dans notre deuxième partie nous partons de la psychomécanique, des opérations de détermination dans la langue et de leur impact dans l'enseignement de la langue. Nous définissons d'abord ces opérations de détermination puis nous abordons trois domaines précis : les repérages temporels et aspectuels, la modalisation et le syntagme nominal. Sans vouloir ici énumérer toutes les opérations considérées, nous devons reconnaître que ce domaine est vaste. Nous ne pouvons aborder en profondeur que quelques-unes des catégories concernées. En ce qui concerne les repérages temporels et aspectuels nous construisons un système complexe se composant de trois aspects fonctionnant en opposition binaire et d'une opposition binaire temporelle. "Past" contre "non-past" d'abord pris dans la dimension perspective (c’est-à-dire les deux formes simples). Le tout s'oppose à la dimension rétrospective qui produit deux formes complémentaires (les formes composées avec HAVE). Enfin, sur ce premier système de quatre formes, se surimpose le troisième aspect médian qui produit quatre formes supplémentaires, soit un total de huit formes. Nous étudions en détail ces huit formes et leur possible représentation. En ce qui concerne la modalisation nous posons trois modalisations différentes : la modalisation épistémique où le Repéreur-Enonciateur-Locuteur porte le modal ; la modalisation radicale où le sujet de l'énoncé porte le modal ; et la modalisation en TO où le sujet porte la modalisation mais sans pouvoir prendre un quelconque recul par rapport à cette modalisation, emporté qu'il est alors inéluctablement vers la réalisation du procès. Nous étudions ensuite en détail l'intrusion modale dans le domaine de la structure incidentielle de la phrase. Nous concluons en étudiant l'intrusion modale au niveau de la compréhension, en nous appuyant alors sur des éléments de corpus ou des relevés d'exemples systématiques. Lorsque nous abordons le syntagme nominal nous retrouvons les catégories incidentielles proposées dans le chapitre précédent, mais réduite à deux catégories seulement : le THEME et le LIEU. Nous étudions alors la détermination de l'extension qui est pour nous un métalieu, puis le génitif et les noms composés. Cela nous amène à aborder le problème de la personne dans syntagme nominal et à conclure avec une approche discursive du génitif fondée sur trois corpus de type différents : un littéraire et deux techniques. Cela nous amène à constater qu'il est urgent de constituer une psychomécanique appliquée car les modèles traditionnels de l'approche théorique ne sont pas utilisables dans une perspective didactique. Cela nous amène aussi à constater que l'Anglais de Spécialité peut jouer un rôle pionnier dans notre domaine d'une part car cette langue est souvent plus riche que la langue courante, toujours très exigeante et que son utilisation vise à une compréhension sans ambiguïté. D'autre part les domaines d'enseignement de l'Anglais de Spécialité sont des domaines qui révèlent que le but de l'enseignement des langues est en train de changer pour devenir un but professionnel, au sens large du terme, une visée d'utilisation ultérieure, à l'âge adulte, de la langue étrangère dans le cadre de la vie professionnelle et non plus dans le seul cadre des loisirs (voyage et culture). Cela nous amène à poser un concept neuf, celui de connaissance SECURE de la langue étrangère, une connaissance qui par son exactitude et sa précision permet d'assurer la sécurité des systèmes, des travailleurs et du public et donc d'éviter tout incident ou accident qui mettrait en cause cette sécurité. Nous sommes là dans une nouvelle dimension de la didactique des langues étrangères et nous pensons qu'elle doit être prise en compte dès les premiers instants.

  • Titre traduit

    English teaching from the psychomechanical point of view : for a cognitive approach of pedagogy


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (584, 348 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 552-571. Index. Annexes (vol. 2)

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Sciences de l'homme.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : VTL 1995/1

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1995BOR21013
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.