Etude d'impact écologique après implantation de rosiers en zone débrouisallée

par Jean-Yves Anglade

Thèse de doctorat en Biologie des populations et des écosystèmes

Sous la direction de Roger Loisel.

Soutenue en 1995

à Aix-Marseille 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La region mediterraneenne paye chaque annee un lourd tribu aux incendies de foret. Diverses methodes visant a reduire les risques d'eclosion des feux ont ete essayees. Les techniques actuelles de debrousaillement entrainent de graves regressions des sols, une perturbation des peuplements de la microfaune et de la faune frondicole, une augmentation du nombre des chamaephytes et des therophytes. De ce fait, est venue l'idee d'introduire des vegetaux pour diminuer ces nuisances. Dans ce but furent plantes en provence siliceuse et en provence calcaire trois cultivars de rosiers dont les eventuels effets pertubateurs sur le systeme ecologique devaient etre estimes. En ce qui concerne le compartiment pedologique, il apparait qu'ils ne s'opposent pas, tout comme le temoin, a l'erosion. Par contre, contrairement a ce qu'il a ete possible de constater au niveau du temoin, et qui venait corroborer d'autres etudes portant sur le debroussaillement, les rosiers permettent une nette amelioration des ressources des sols (augmentation de la capacite totale d'echange et de la matiere organique sensu lato). Une certaine heterogenite apparait au niveau pedologique induisant des developpements differents des rosiers et de toutes les composantes du milieu en dependant. Ainsi, la croissance des rosiers est fortement influencee par diverses composantes edaphiques. Celle-ci va s'averer, dans certaines conditions, tres forte (elongation de 20 cm par an en certains endroits). L'abondante litiere alors produite va ainsi generer un environnement propice a la microfaune (augmentation de la richesse et de la diversite). La couverture du sol realisee par les cepees de rosiers permet une diminution importante du developpement de la strate herbacee, reduisant par la-meme les risques d'eclosion des incendies. Enfin, au niveau de la faune frondicole, les cultivars favorisent l'installation de nombreux phytophages et une forte augmentation de la richesse et de la diversite par rapport a l'espece naturelle recolonisant l'espace debroussaille, la callune. De ce fait, les rosiers remplissent tres correctement la fonction principale escomptee: reduction des risques d'eclosion des incendies. De plus, ils permettent une amelioration des composantes du milieu. Meme si, comme sur calcaire, la premiere exigence n'est pas remplie, le role bonnificateur est toujours present. Ainsi, l'implantation des rosiers peut etre envisagee dans deux domaines: lutte contre la vegetation herbacee ou restauration de conditions favorables au developpement de la vegetation naturelle

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (150 p.) (118 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Saint-Jérôme). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 2242/1-2/A-B
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.