Mythes et récits de commencement dans la Bible anonyme du manuscrit de Paris B. N. F. Fr. 763

par Sylviane Dubas-Folcher

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Joël H. Grisward.

Soutenue en 1994

à Tours .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La Bible anonyme du manuscrit B. N. F. Fr. 763, présente également dans trois autres manuscrits -Ms 3516 de l'Arsenal, Ms. F. Fr. 437 de la bibliothèque de l'école de médecine de Montpellier, Ms. B. N. F. Fr. 12555- est une traduction partielle et originale de la bible. Cette œuvre allie tradition et légendes, canons et apocryphes. L’analyse, et la comparaison, de ses mythes et récits de commencement révèle la singularité de cette œuvre qui se construit comme un palindrome. En effet, le mythe originel et la légende de la croix sont homologables car tous deux écrivent un mythe eschatologique. Dans cette perspective, le jeu sur les mythes permet de délimiter un commencement absolu correspondant à un mythe de création -cosmogonique, anthropogonique, paradisiaque-, à un mythe de la chute mais aussi au mythe de Caïn et Abel, tandis que deux commencements relatifs se distinguent référant, d'une part, au mythe du déluge et, d'autre part, au temps d'Abraham et de Moïse. Mais, d'un commencement à l'autre, un processus de répétition du pêché estampille l'histoire et semble reproduire le commencement absolu. Pourtant, au sein de ce cycle de répétitions, se décèle un principe de rupture, divin et salutaire, incarne par jésus et sa croix, tous deux préfigurés dans les commencements relatifs et évoqués, par la typologie, dans la légende de la croix en termes de mythe de création. Ainsi peut se briser le système de l'éternel retour au profit d'une conception linéaire du temps, fondée sur l'espérance eschatologique. Parallèlement, le roman de la création a aussi prêché les vertus salutaires de l'Eglise et de ses dogmes, reflet du paradis sur terre, image de ce paradis originel que nous rendra le Christ. Ces faisceaux de mythes, universels et ancestraux, enchâssés les uns dans les autres, ont délivré une conception originale, mais néanmoins canonique, de la fin de l'homme écrite comme un commencement.


  • Résumé

    The manuscript 763 Bible anonyme and the three other manuscripts are a partial and original bible translation. The Bible anonyme is combining traditions and legends, canons and apocryphas. The analysis of its myths and beginnings stories reveals the singularity of this work which is constructed as a palindrome. Indeed the original myth and the cross legend are similar because both are writing an eschatological myth. The interplay on the different myths allows to delimit an absolute beginning and two relative ones: the absolute beginning squares a creation myth -which is cosmogonic, anthropogonic, paradisial and a fall myth- and the cain myth, whereas the two relative beginnings are about to the flood myth and to the abraham and moise's time. In the different beginnings, the repetition of sin is constant. Nevertheless, within this cycle of repetition of sins, some ruptures appear, divine and salutory, which break with the infernal recurrence. They announce Jesus and his cross according to the typological interpretations of the cross legend. Typology conjures up Jesus and his cross in mythical creation words. Thus is disrupted the system of eternal return whereas a linear time is constructing, founded on eschatological hope. But this bible anonyme emphases also the church's virtues and dogmas, sort of faithful picture of future paradise. In fact, all the myths give an original conception of the man's end as a beginning.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (479 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.