Télédétection satellitaire des feux de végétation en région intertropicale. Application à l'estimation des flux des composés en trace émis dans l'atmosphère

par José Ricardo de Almeida França

Thèse de doctorat en Physique et chimie de l'environnement et télédétection spatiale

Sous la direction de J. Fontan.

Soutenue en 1994

à Toulouse 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les feux de biomasse constituent a l'echelle du globe une source importante pour de nombreux constituants minoritaires ayant un interet en physico chimie atmospherique et jouent un role sur le bilan radiatif de la planete. Les regions de savanes et les forets tropicales sont responsables pour plus de 50% des emissions de constituants en trace. De ce total 74. 5% sont dues aux savanes. Les mesures de teledetection satellitaire sont les seuls systemes d'acquisition des donnees qui peuvent determiner, aux echelles de temps et d'espace requises, l'extension de ce phenomene. La teledetection des feux de biomasse en regions de savane est tres complexe en raison de problemes specifiques qui ne se retrouvent pas dans les regions de forets tropicales et temperees. Afin de mieux estimer la distribution des feux actifs en fonction de differentes types de savane de l'afrique de l'ouest (sahel, soudanaise, guineenne) et de la foret tropicale, nous avons developpe une methode multispectrale basee sur les donnees de noaa/avhrr, pour identifier et eliminer les problemes dus a la grande heterogeneite de surface et aux faux signaux produits par les nuages, fumees, aerosols, les emissivites propres a l'environnement, etc dans le cas de surface, comme la foret, en ciel clair, ou il n'y a pas de faux signaux feux, les differentes methodes, dont la notre, sont concordantes quant au nombre des feux actifs. Au contraire, sur les sols ou l'emissivite est tres forte, ou en presence de nuages partiels ou aerosols, la difference entre le nombre de feux calcules par notre methode et d'autres methodes, peut atteindre un rapport de 10#4. Nous avons applique cette methode sur les images noaa/avhrr correspondant a la saison seche comprise entre octobre-90 et fevrier-91. Nous avons observes une evolution nord-sud en fonction de la saison et en correlation avec l'evolution du ndvi et du type de savane. Nous avons fait une etude plus detaillee sur la cote d'ivoire en prenant en compte les reseaux hydrographiques, routieres, les donnees meteorologiques et ecologiques codes sur un fichier gis (geographic information system). L'intensite maximale de l'activite des feux a ete trouvee en decembre, bien correlee avec la pollution de l'air mesuree en surface

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : [3]-215 p

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1994TOU30086
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.