Etude de la sensibilité de Psylla pyri L. (Homoptera : Psyllidae) aux produits phytosanitaires et mécanismes biochimiques de résistance aux organophosphorés

par Sai͏̈d Berrada

Thèse de doctorat en Entomologie appliquée

Sous la direction de THANH-XUAN NGUYEN.

Soutenue en 1994

à Toulouse 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'utilisation des insecticides dans la protection des vergers de poiriers, a ete conduite depuis des annees afin d'eradiquer le ravageur cle de ces cultures. Pourtant, le potentiel reproducteur du psylle reste un facteur important de son succes. Avec l'emploi abusif d'insecticides de plus en plus puissants, le ravageur s'est alors arme d'un moyen de lutte lui assurant une defense efficace contre les agressions xenobiotiques. Contrairement a la situation preoccupante de la resistance generalisee des psylles aux insecticides en amerique du nord, ce phenomene n'est pas encore en france un probleme d'actualite. La prise de mesures permettant de preserver l'efficacite des insecticides dans ce pays s'avere par consequent de toute urgence. La lutte chimique restant aujourd'hui le seul gage d'une production de qualite dans le verger commercial. Le present travail realise au laboratoire dans le cadre d'une lutte chimique raisonnee, montre, dans une premiere partie, que le rendement de l'amitraze, le dnoc et le monocrotophos dans la nature peut etre revalorise en tenant compte de la composition des populations de psylles presentes au moment des interventions phytosanitaires, et d'un facteur ecologique important, la temperature. Dans une deuxieme partie, le maintien d'une pression de selection d'un organophosphore, le monocrotophos, montre que le psylle possede un potentiel pour developper une resistance a cette famille d'insecticides. Une investigation basee a la fois sur l'etude de la resistance croisee au monocrotophos, le synergisme de sa toxicite par des inhibiteurs enzymatiques, et l'analyse d'activite de quatre enzymes, a permis de comprendre les mecanismes de resistance developpes dans la souche de psylles selectionnee a l'insecticide. La presence d'une acetylcholinesterase modifiee, moins sensible a l'inhibition du monocrotophos (70 fois) combinee avec une legere augmentation du metabolisme des monooxygenases a cytochrome p-450 (5 fois) etaient responsables du haut niveau de resistance developpe par les insectes resistants (150 fois)

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 168 f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1994TOU30021
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.