Recherche sur l'action de la Banque mondiale en droit international public : le cas du Zaïre

par Minga Kuete

Thèse de doctorat en Droit public

Sous la direction de Serge Regourd.

Soutenue en 1994

à Toulouse 1 .


  • Résumé

    La banque mondiale joue un rôle de plus en plus important dans les pays en voie de développement, confrontés à une profonde crise économique et financière. Parmi ceux-ci, le Zaïre, jadis considéré comme promis à un bel avenir en raison de l'importance et de la multiplicité de ses ressources minières, agricoles, énergétiques, forestières et humaines. Ce pays qui a appliqué toutes les politiques de développement préconisées par la banque mondiale, figure néanmoins parmi les plus pauvres de la planète. Les premières interventions de la banque mondiale au Zaïre datent de 1951. Tout au long de ces quarante dernières années, son action opérationnelle et normative a toujours été présentée comme de nature à contribuer à la transformation de nombreuses ressources zaïroises en sources de développement et de prospérité. La présence du Zaïre, aujourd'hui, parmi les pays les moins avancés pose le problème de la pertinence et des limites de l'action conduite par cette organisation. Pourquoi les mécanismes opérationnels et juridiques préconisés et appliqués par la banque mondiale au Zaïre ont-ils échoué ? Quels sont les obstacles endogènes et exogènes ? Comment engager le Zaïre sur la voie du développement ? Pour l'essentiel, il ressort de cette recherche que l'amorce d'un réel combat contre le sous-développement dans les pays pauvres en général et au Zaïre, en particulier, appelle d'audacieuses transformations tant au plan interne zaïrois et régional qu'au niveau international quant aux modalités et valeurs d'intervention de la banque mondiale.

  • Titre traduit

    A study on the action of the world bank in public international law : the case of Zaire


  • Résumé

    The World Bank plays a more and more pivotal role in developing countries which are coping with a profound economic and financial crisis. Among them, Zaire, that used to be considered as having a bright future because of the importance of its mining, agricultural, energetic, forestry and human resources. The country, which has implemented all the developing policies recommended by the World Bank, is among the poorest countries in the world. The first interventions of the World Bank started in 1951. For the past 40 years its operational and normative action has been presented as contributing to the turning of numerous Zairian resources into sources of development and prosperity. The fact that Zaire is, today, one of the least advanced countries raises the problem of the relevancy and limits of the action of this organisation. Why did the operational and juridical machinery recommended and applied by the World Bank fail? What are the endogenous and exogenous obstacles? How can Zaire be put on the way to development? Essentially, the present study shows that triggering a real fight against under-development in the poorest countries in general and in Zaire in particular, demands bold transformations on the national regional levels and also on the international level as regards the modalities and values of the interventions of the World Bank.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (481 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TG1001-1994-10
  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T62577
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.