Le mot "démocracy" et son histoire aux États-Unis, 1780-1856, suivi de quelques réflexions historiques sur la période 1856-1916 : essai de sémantique historique

par Bertlinde Laniel Hilterhaus

Thèse de doctorat en Études nord-américaines

Sous la direction de Louis Roux.

Soutenue en 1994

à Saint-Etienne .


  • Résumé

    Le but de cette thèse est d'étudier, en diachronie, la conception américaine de la démocratie comme elle s'exprime d'une façon générale dans la langue et plus particulièrement dans les variations du sens attribue au mot "democracy" par les locuteurs américains de l'époque de l’Indépendance à la veille de la Première guerre mondiale. La première partie est consacrée à une brève analyse de la signification du mot avant la Révolution américaine (littérature classique, Lumière et passé colonial), suivie par une étude des causes et conséquences de l'opprobre attaché à ce mot aux débuts de la République américaine et sa réhabilitation difficile qui correspond à la lente montée du jeffersonisme. La deuxième partie étudie l'utilisation idéologique du mot par les jacksoniens qui substituent à la définition conceptuelle de la démocratie (= régime politique dans lequel la souveraineté appartient au peuple) une définition procédurale ( = règne de la majorité). La campagne électorale de 1840 est caractérisée par la récupération du mot par les conservateurs whigs. Suite à son utilisation politique généralisée, le mot "democracy", devenu un mot-valeur, désigne l'idéologie américaine per se et devient la base et l'alibi du mythe expansionniste naissant. La troisième partie (conclusion) est consacrée à une brève analyse de la fin du XIXe siècle (ère progressiste) caractérisée par des querelles définitoires au sujet d'un mot-cible qui synthétise les aspirations les plus diverses et l'attente collective de leur réalisation.

  • Titre traduit

    The word "democracy" and its history in the United States, 1780-1856, with a brief outlook on the period 1856-1916 : a study in historical semantic


  • Résumé

    This thesis represents a diachronical approach of the American idea of democracy as expressed in language in general, and more specifically in the variations of the use of the word "democracy" by Americans from the time of the revolution to world war one. The first part starts with a brief analysis of the meaning of the word before the revolution (classical literature, enlightenment, colonial period) before studying the causes and consequences of the opprobrium associated with the word "democracy" at the time of the founding of the American republic and its gradual and laborious "rehabilitation" preceding and following Jefferson's election to the presidency. The second part studies the ideological use of the word by the jacksonians and the substitution of the conceptual definition (democracy - type of government in which the sovereignty belongs to the people) by an instrumental definition (democracy = majority rule). During the 1840 presidential campaign, the whigs recover the word for their own prafot. Due to the generalization of its use as a "value-symbol" in politics, the word denotes the American ideology per se, supplying the basis and ad "alibi" of the nation's 19th-century expansionist activities. The third and final par constitutes a brief outlook on the final decades of the 19th century (progressive era) marked by a proliferation of corrective determinations intended to qualify the meaning of the word "democracy" according to the particular. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (625 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 563-579. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Section Droit, Lettres, Sciences économiques et humaines.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.