L'influence de la lune sur la violence humaine : étude critique

par Nathalie Pineaud-Sanchez

Thèse de doctorat en Sciences criminelles

Sous la direction de Geneviève Giudicelli-Delage.

Soutenue en 1994

à Poitiers .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Cette étude se propose d'établir s'il existe une influence de la lune sur les comportements humains de violence, qu'ils soient dirigés contre autrui (contraventions, crimes et délits de violence "simples" ou sexuels) ou contre soi (suicides, automutilation, troubles mentaux). La première partie construit un processus de recherche empirique visant à découvrir si les périodes de pleine lune et de nouvelle lune connaissent une violence spécifique, quantitative ou qualitative. Elle puise ses données dans l'exploitation informatique des archives policières de Bordeaux et de Poitiers selon une méthode élaborée par un astronome, dans l'étude monographique d'un criminel récidiviste surnommé "le tueur de la lune", Francis Leroy, dans l'exploitation d'une enquête réalisée auprès de 40 policiers, 40 pompiers, 40 directeurs d'établissements pénitentiaires, 40 SAMU et 40 psychiatres. La deuxième partie s'efforce de passer en revue les différentes théories de l'influence lunaire, physique (lumineuse, gravitationnelle ou électromagnétique) ou culturelle. En conclusion, la lune ne semble pas avoir une influence quantitative sur les infractions de violence, mais plutôt une légère influence qualitative. Ces deux influences se retrouvent de façon plus convaincante pour les suicides, d'où l'hypothèse suivante : la lune peut avoir une influence minime, sélective et instable sur certaines attitudes de violence, troubles du comportement (agitation, malveillance) n'entraînant pas automatiquement passage à l'acte infractionnel mais pouvant aller jusqu'au suicide. Aucune explication scientifique satisfaisante n'est avancée quant à une influence lunaire.


  • Résumé

    This study proposes to establish if there might exist some influence of the moon on violent human comportments, whether they are levelled at other people (contraventions, crimes and delicts or sexual offences), or at oneself (suicides, self-inflicted injuries, mental disorders). The first part of it builds a process of empirical research aiming at discovering whether the phases of full moon and new moon lead to some specific violence, either quantitative or qualitative. It draws its data from the processing of the police records in Bordeaux and Poitiers, after a method developed by an astronomer, from the monographic study of a recidivist murderer nicknamed "the moon-killer", Francis Leroy; from the exploitation of an investigation carried out with 40 policemen, 40 firemen, 40 prison governors, 40 SAMU and 40 psychiatrists. The second part of it endeavours to survey the different theories on the influence of the moon, both physical (luminous, gravitational or electromagnetic) and cultural. In conclusion, the moon does not seem to have any quantitative influence on violent offences, but rather a slight qualitative one. These two influences are to be found in a more convincing way as regards suicides, hence the following hypothesis: the moon may have some minor, selective and unstable influence on some violent attitudes, behavioural problems (nervousness, malevolence) which don't automatically lead to criminal offence but which can.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 253 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 82 réf. bibliogr

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Observatoire. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : H VIII-240
  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TD 27-1994-6
  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TD 27-1994-6
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.