Etude des sites de liaison et des effets biologiques d'un antiopioïde, le neuropeptide FF, sur les lymphocites T humains

par Martine Minault

Thèse de doctorat en Biologie cellulaire et moléculaire

Sous la direction de J. GOMBERT.

Soutenue en 1994

à Poitiers .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    De nombreux travaux montrent l'existence d'interactions entre le systeme nerveux central et le systeme immunitaire, notamment par l'intermediaire de certaines cytokines et/ou neurohormones. Parmi ces dernieres, enkephalines et endorphines presentent des sites de liaison sur les leucocytes et modulent differentes fonctions leucocytaires, action variable selon les sujets et les conditions experimentales. Par ailleurs, se profile une nouvelle famille de neuropeptides a proprietes antimorphiniques, a laquelle appartient le neuropeptide ff (npff), qui in vivo diminue l'effet analgesique de la morphine et attenue le seuil de sensibilite a la douleur. Sa presence a ete detectee dans le systeme nerveux, dans des glandes neuroendocrines (hypophyse et surrenales) et dans le sang, ce qui suggere l'existence de cibles en peripherie. Nous avons montre que les lymphocytes de la lignee lymphocytaires t humaine jurkat expriment des sites de liaison specifiques pour le #1#2#5i-y8fa, un analogue radioiode du npff. Cette liaison est dependante du temps, de la concentration, reversible et saturable. Elle n'est pas deplacee par des agonistes opiaces mu, delta et kappa. Deux sites sont identifies, respectivement de haute affinite (kd = 0,09 nm ; bmax = 0,97 fmol/2 millions cellules) et basse affinite (kd de 0,5 microm ; bmax de 366 fmol/2 millions cellules). La cholecystokinine et la substance p deplacent la liaison du site de basse affinite (ki = 10 microm). Ces resultats suggerent un effet direct du npff sur les lymphocytes t par l'intermediaire d'un recepteur membranaire. L'etude de l'activite biologique revele que le npff module de facon biphasique et dose-dependante la production d'il2 et la proliferation des lymphocytes t stimules par la pha ou des anticorps anti-cd2, malgre d'importantes variations d'un donneur a l'autre. Nous observons un effet stimulant a 0,1 pm et inhibteur a 0,1 microm. Le npff est une neurohormone qui a aussi pour cible le systeme immunitaire. Dans un concept de balance opioides/antiopioides, que le npff puisse etre un element de regulation des effets des peptides opioides sur les lymphocytes, reste une question ouverte et fascinante

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (127 p.)
  • Annexes : 281 réf. bibliogr

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. Section Sciences, Techniques et Sport.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 94/POIT/2335
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.