Lutte biologique contre la tache bactérienne du champignon de Paris au moyen de bactériophages : Spécificité et efficacité du bactériophage TO.1.

par Patricia Munsch

Thèse de doctorat en Chimie

Sous la direction de Philippe Goulas.

Soutenue en 1994

à Pau .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Des bactériophages lytiques ont été isolés dans le but de contrôler les populations pathogènes de Pseudomonas tolaasii, responsable de la tache bactérienne du champignon de paris, principal désordre phytosanitaire en champignonnière. Sur la base de caractéristiques biochimiques, de résultats de sensibilité/résistance aux antibiotiques, la population pathogène peut être considérée comme homogène. Cependant, des tests biologiques sur l'hôte ont montré divers degrés d'agressivité. Les résultats d'amplification par PCR au moyen des amorces ERIC et REP révèlent la présence de bandes majeures communes, mais les bandes mineures sont discriminantes à l'échelle de la souche. L'étude des interactions entre la population de bactériophages, composée de TO. 1 à TO. 16, confrontée à des bactéries saprophytes ou pathogènes, appartenant à différents genres et espèces, montre une spécificité étroite. La lysotypie des souches de Pseudomonas tolaasii (des formes pathogènes et variants non pathogènes) a mis une résistance en évidence : les résultats d'induction au moyen des UV et de la mitomycine C suggèrent que dans un cas au moins la résistance est liée à un phénomène de lysogénie. Les bactériophages TO. 1, TO. 3, et TO. 9 appartiennent au groupe morphologique A. 1 de la classification définie par Bradley (1967), Ackermann et Du Bow (1987). Les ADNs phagiques ont une taille qui varie entre 20 et 70 Mda. L'enzyme Hind III met un polymorphisme en évidence au niveau des phages TO. 1,9, 5-6-7-8, et 15 ; de plus, il y a cohérence au niveau de l'étude des ADNs phagiques, basée sur les profils de restriction et les résultats de lysotypie, représentés sous forme de dendogramme. Seul TO. 1 est neutralisé par l'antiserum anti-TO. 1. La compatibilité de la lutte biologique avec des agents phytosanitaires de type insecticides/fongicides a étè vérifiée : les conditions de temperature, de PH requises pour la culture du champignon de Paris ne sont pas non plus contre-indiquées avec la pulvérisation de bactériophages. Sur l'ensemble des essais mis en place à l'INRA, l'efficacité en conditions de culture est comprise entre 30 et 70% : l'utilisation de bactériophages lytiques constitue donc une alternative sérieuse de contrôle de la tache bactérienne dans le cadre d'une champignonnière.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (164-[12]) p.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : USG 11170
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.