Evolution et diversité génétique chez les Gazelles : apports de l'électrophorèse des protéines, de la cytogénétique Et Des Microsatellites

par Marc Vassart

Thèse de doctorat en Sciences

Sous la direction de Edmond-Paul Cribiu.


  • Résumé

    La taxonomie des antilopines en général, et des gazelles en particulier est encore très incertaine. Dans le but d'aider à la conservation de ces espèces, nous avons étudié les espèces du genre gazella, le springbock antidorcas marsupialis et l'antilope cervicapre antilope cervicapra. Les techniques utilisées sont l'électrophorèse des protéines, la cytogénétique et l'etude de microsatellites. Nos travaux ont montré : 1) la proximité génétique des différentes sous-espèces de g. Gazella, g. G. Gazella, g. G. Erlangeri, g. G. Cora, et g. G. Farasani ont des caryotypes identiques. Les distances génétiques entre elles, déduites des résultats d'électrophorèse de protéines sont faibles. Ces résultats confirment leur appartenance à une même espèce : 2) l'importance du polymorphisme chromosomique chez les gazelles. Polymorphisme du y chez g. Gazella gazella, polymorphisme robertsonien chez g. Subgutturosa marica ou g. Dama : 3) que les amorces utilisées chez bos taurus pour amplifier certains microsatellites pouvaient egalement etre utilisees chez les gazelles dans le même but et que les séquences flanquantes de certains microsatellites peuvent être utilisées pour reconstruire des phylogénies : 4) que l'évolution chromosomique chez les gazelles s'est faite essentiellement par fusion centrique avec très peu de remaniement intra-chromosomique. Malgre nos recherches, nous n'avons pu retrouver dans le sud-ouest de la péninsule arabique, g. Bilkis une nouvelle espèce décrite par Groves en 1985. Nous avons décrit le caryotype de g. Rufifrons et montre qu'il était très voisin de celui de g. Thomsoni, ces deux taxons pourraient donc appartenir à la même espèce comme le suggère Groves. Nous avons évalué par électrophorèse des protéines la variabilité génétique de 7 taxons de gazelles, le taux de polymorphisme, l'hétérozygotie et le nombre moyen d'allèles sont donnes et compares a ceux d'autres artiodactyles g. G. Erlangeri apparait monomorphe à tous les loci étudiés. Nous proposons une phylogénie chromosomique du genre gazella qui inclue également deux autres antilopines, antidorcas marsupialis et antilope cervicapra. Cette dernière espèce se trouve incluse dans le groupe des gazelles ce qui nécessite une révision taxonomique majeure du genre gazella. Cette nouveauté est confirmée par de récentes analyses morphologiques et par nos résultats d'électrophorèse des protéines


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (258 p.)
  • Annexes : Bibliogr. en fin de chap.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole Nationale Vétérinaire. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 6617
  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 135 941
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-011817
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.