Les hiérarchies sociales et leurs fondements idéologiques chez les Haalpulaar'en (Sénégal)

par Olivier Kyburz

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Alfred Adler.

Soutenue en 1994

à Paris 10 .


  • Résumé

    Ce travail repose sur une recherche de terrain d'un an et demie, menée dans la moyenne vallée du Sénégal. Il s'attache à décrire comment un Haalpulaar conçoit la catégorie sociale à laquelle il appartient, à quelles notions il a recours pour se distinguer des autres. La première partie décrit les catégories de nobles rimbe: peuls, pécheurs, conseillers politiques, guerriers et religieux. Les peuls et les pécheurs exploitent des parties différentes de la vallée et détiennent des connaissances distinctes. Le cumul de ces connaissances est vécu antisocial et dangereux. Le problème posé est alors celui de la complémentarité. Les chefs peuls se sont garantis les services de deux autres catégories. L'une leur est étroitement apparentée (les conseillers politiques); elle a scrupuleusement veille à la sauvegarde de ses intérêts propres. L'autre, constituée d'étrangers, assume le rôle de guerriers dans un total dévouement. C'est ici la question de la dépendance qui est posée. Quant au cinquième groupe de nobles, les religieux, ils sont issus de toutes les autres catégories de la société. La seconde partie, consacrée aux artisans et laudateurs nyee4nybe, examine les traditions propres à chacun de ces groupes. Elle révèle des différences importantes, notamment dans les pratiques matrimoniales. Les orfèvres, qui se rattachent a un lignage peul, voient dans les "cordonniers rouges" eux aussi d'origine peul, le seul groupe susceptible de les faire renoncer à l'endogamie, alors que les artisans non-peuls revendiquent une égalité entre les divers nyeenybe et affirment prendre des épouses dans tout groupe d'artisans. Enfin, une hypothèse est présentée concernant l'évolution historique de l'institution des castes artisanales dans la société haalpulaar, sur la base de données historiques et généalogiques.

  • Titre traduit

    The Tukulor' social hierarchies and their ideological statements


  • Résumé

    This thesis is based on a year and a half of fieldwork in the mid-valley of the Senegal River. Its main purposes to describe how a tukulor conceives of the social category to which he belongs, and what notions he appeals to, in order to distinguish himself from the others. In the first part, the rimbe - categories of the nobles - are exposed: Fulani, fishermen, political councilors, warriors and Muslim clerics. Fulani and fishermen exploit different parts of the valley and master distinct areas of knowledge. Whoever will master both domains of knowledge is to be viewed as anti-social and dangerous. These categories are thus in a complementary relationship. The Fulani chiefs have gained the stewardship of the next two categories. The first one, that of the councilors, is closely connected to them through kinship and has jealously kept close to its interests. The other one, the warriors, constituted of foreigner’s exhibit a total dedication to their leaders. The problem for both categories is one of dependency. As to the last noble category, the clerics, they originate from all others social categories. In the second part, dealing with craftsmen and praise-singers nyeenybe, the traditions specific to each groups are examined. There are important differences, notably in marriage practices. The goldsmiths, who are considered to be part of a Fulani lineage, see the "red leather mongers, themselves of Fulani origin, as the only group who could induce them to give up endogamy. Conversely, the non-fulani craftsmen claim equality between the diverse nyeenybe, and pretend that they take wives in any group of craftsmen. In conclusion, a hypothesis is adduced on the historical evolution of the institution of occupational castes in tokolor society, from the analysis of historical and genealogical data.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (444 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.424-444

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T94 PA10-206
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.