Esquisses d'une éthique pour la société technologique

par Jean-Yves Goffi

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Anne Fagot-Largeault.

Soutenue en 1994

à Paris 10 .


  • Résumé

    Certains philosophes estiment que le mouvement de la technologie contemporaine est celui d'une puissance nihiliste, obéissant au seul principe: "tout ce qui peut se faire se fera". Une telle posture est technophobique. On peut l'interpréter comme l'angoisse éprouvée devant la capacité d'élaborer un monde d'artefacts qui reste partiellement opaque à ses créateurs. Il s'agit de suggérer une attitude plus apaisée a l'égard de la technique. On avance l'hypothèse suivante: la technique est la forme la plus générale prise par toute activité finalisée, humaine ou non. Ses dangers éventuels résultent des risques inhérents à l'activité, et ne sont pas l'effet de l'instauration d'un monde qui obéirait à un ordre propre. En ce sens, il n'est pas certain que l'agir humain ait été transforme en son essence par l'avènement d'une société technologique. Il est toutefois certain que la puissance et la complexité des technologies modernes bouleversent les concepts traditionnels et l'éthique. A la lumière de certains problèmes tires du champ de la bioéthique (diagnostic prénatal, statut de l'animal). . .


  • Résumé

    According to some philosophers, modern technologies are out of control. They tend to establish an order of their own, of no relevance to ethical considerations. This is a technophobic stance. On the contrary, it can be argued that modern technologies, although risky enterprises, are open to ethical control. An examination of some problems from the field of bioethics (prenatal diagnosis, "animal’s rights") shows that the bounds of the moral community are to be expanded if a model of ethics is to be established in a technological society. Such a model can be broadly characterized as a kind of objective utilitarianism.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (114,139 f.)
  • Notes : Thèse non reproduite

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T94 PA10-166
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.