Financement monétaire des entreprises : cas du Maroc

par Abderrafia El Bakkali

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Françoise Renversez.

Soutenue en 1994

à Paris 10 .


  • Résumé

    En général, les formulations théoriques relatives a la finance de l'entreprise, qui ont pris leur essor aux États-Unis, posent le problème de financement des entreprises en termes de détermination de politique optimale. Si ces théories sont relativement cohérentes dans le cadre des économies ou le marché des titres négociables est dominant, elles doivent être sérieusement amendées dans les économies ou le financement externe des entreprises est assure par le crédit bancaire. Le lien entre croissance physique du capital et son mode de financement, fait donc apparaitre deux façons principales d'appréhension des comportements financiers des entreprises. Ce constat nous interpelle et nous oblige a poser la question de savoir a laquelle de ces deux configurations s'applique, ou du moins s'adapte, le fonctionnement d'une économie en voie de développement, en l'occurrence, le cas du Maroc. Notre étude empirique montre, que l'insuffisance du cash-flow des entreprises marocaines et la carence du marché financier, font du système bancaire le pivot du financement de l'accumulation, et, de la création monétaire l'instrument oblige de la continuité de la production. Le système devrait donc être théoriquement appréhende au travers d'une analyse en termes d'économie d'endettement. Il s'agit des lors, de montrer ou exactement résident les obstacles de l'utilisation d'un modèle d'économie de marches financiers, pour expliquer le fonctionnement d'une économie d'endettement.

  • Titre traduit

    Firms monetary financing : Morocco case


  • Résumé

    Theoretical formulations relating to the firm finance, developed in the USA, generally raise the problem of firms financing in terms of determining optimal policy. While these theories are relatively consistent in economies where negotiable securities market is predominant, they are to be considerably amended in economies in which the main source of firms financing is the bank credit. The link between the physical growth of the capital and its mode of financing shows then two principal ways of apprehending the financial behavior of the firms. This leads us to wonder which one of the two configurations applies or at least fits to the functioning of a developing economy like morocco, for instance. Our empirical study has demonstrated that the cash-flow inadequacy of the Moroccan firms and the deficiency of the financial market make the banking system the central axis of the accumulation and the monetary creation the necessary instrument of the production continuity. It's then a question of detecting where do exactly lie the obstacles in the way of using an auto-economy model likely to explain the functioning of an overdraft economy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (583 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.505-533.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T94 PA10-002
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.