Etude comparative de la sequence de l'oncogene c-myc chez differents primates

par KHOSRO MOHAMMAD-ALI

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de F. GALIBERT.

Soutenue en 1994

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail a porte sur l'etude de la phylogenie des primates a travers l'analyse de la sequence de l'oncongene c-myc. Nous avons determine la sequence nucleotidique du locus myc du gibbon, du marmoset, du gorille et de l'orang-outan. Ces sequences ont ete comparees entre elles ainsi qu'a celles de l'homme, du chimpanze et du rat. Elles presentent une similitude elevee repartie sur la totalite du gene. L'etude des sequences du gene myc suggere que l'organisation de ce locus en trois exons et deux introns, observee chez l'homme, a ete conservee chez les mammiferes. L'exon 1 du gene de gorille possede une phase de lecture ouverte susceptible de coder une proteine de 188 acides amines (myc-hex 1). Elle apparait chez l'homme et le chimpanze alors qu'elle est absente chez l'orang-outan, le gibbon et le marmoset. Toutefois, sa conservation chez certaines especes constitue un argument structural en faveur de l'existence de la proteine myc-hex 1. Nous avons donc construit un adn chimere de facon a produire une proteine de fusion maltose binding protein/myc-hex 1/b-galactosidase, en vue d'obtenir des anticorps specifiques de la proteine myc-hex 1. Cependant, l'utilisation de ces anticorps contre des extraits cellulaires ne nous a pas permis de caracteriser la proteine attendue. Nous avons realise, a l'aide du multilogiciel phylip dans le but d'etablir des arbres phylogenetiques, a la fois des analyses cladistiques et phenetiques, en faisant intervenir ou non l'hypothese d'horloge moleculaire. Dans tous les cas, nous avons pu isoler le gorille, le chimpanze et l'homme des autres especes ; le chimpanze et l'homme etant toujours les deux especes les plus proches l'une de l'autre. Les memes analyses faites sur la sequence en acides amines confortent l'hypothese selon laquelle le chimpanze et le gorille sont plus proches de l'homme que l'orang-outan. Dans leur ensemble ces resultats supportent l'hypothese du clade homme/chimpanze et nous permettent de conclure que ce clade doit vraisemblablement reveler l'evolution des primates superieurs


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 190 P.
  • Annexes : 324 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1994
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.