Passeur de justice : ethique et politique dans la pensee d'emmanuel levinas

par JEAN- FRANCOIS REY

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de MIGUEL ABENSOUR.

Soutenue en 1994

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'idee directrice du travail est le devoilement du primat de l'ethique sur le politique. Forme a la phenomenologie husserlienne, levinas rompt tres tot avec l'ontologie de heidegger, tout en gardant l'analyse phenomenologique comme methode. Ontologie et politique sont liees dans l'idee de totalite ou de systeme et ce lien s'affirme dans la guerre. Au lieu d'etre ontologiquement fondee, la justice sert de fondement au monde. Cette justice repose d'abord sur la responsabilite incessible du moi dans une relation asymetrique avec autrui qui me domine sans m'asservir (position de la hauteur : premiere section). Mais un deuxieme sens de la justice (celle du tiers), vient adoucir l'aprete de la relation asymetrique du pour autrui (position de la mesure : deuxieme section). Levinas n'est pas un philosophe politique (ni science politique, ni philosophie de l'histoire) mais un penseur du politique. De son oeuvre, on peut tirer des elements d'une reevaluation du politique a partir de notions ou d'experiences qui renvoient a l'histoire singuliere d'israel tout en faisant entendre un regime de l'universel inconnu des grecs. En particulier : l'accueil de l'etranger, le sens messianique ou l'etat cesse de peser pour son propre compte, et une pensee de l'humain (chacun est unique en son genre et cherche la paix dans la proximite sociale) qui ne se renferme pas sur l'unite d'un genre mais s'ouvre en utopie. Ethique et politique se limitent mutuellement de telle maniere qu'on ne puisse faire ni de l'angelisme ni de la reduction du politique a un rapport de forces (position de la limite : troisieme section).


  • Résumé

    The guiding line of this work is the gradual unveiling of the primacy of ethics over politics. Formed as he has been tho husserlian phenomenology, levinas soon breaks away from heidegger ontology, still retaining though phenomenological analysis as a method. Ontology and politics are intricably bond as a whole or as a system and this very bond is made clear in war. Instead of being ontologically founded, justice serves as foundation to the world. This justice lays first on the unquestionable responsibility of the self in an asymetrical relation to the other who dominates me without enslavering me (theigt assertion - ist section). Yet, a second meaning of justice (that of the third), somehow rubs off the rough edgs of the asymetrical relation of the self to the other (assertion of measure - 2nd section). Levinas is no political philosopher (no political science nor philosophy of history) but a thinker of the political thing. From his workwe can derive grounds for a re-assessment of politics through notions or experiences which refer to the singular history of israel suggesting at the same time meaning of universal unknown of the greeks. In particular : the welcoming of the foreigner, the messianic sense whereby the state stops weighing for its own sake, and a general conception of the human (everyone is unique in his own kind and seeks peace in his own social proximity) which does not confine itself to the unity of. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.