Culture et banlieue : les politiques culturelles dans les municipalités de la Seine (1935-1939)

par Sylvie Rab

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Michelle Perrot.

Soutenue en 1994

à Paris 7 .


  • Résumé

    Cette thèse s'interroge sur le caractère historique et changeant des politiques publiques, sur l'institutionnalisation croissante d'un secteur de la société, mouvement repère à l'échelon communal. Elle montre comment émerge progressivement dans l'entre-deux guerres la notion de politique culturelle municipale, avec des rythmes et des modalités variées. Participant à l'accroissement des domaines d'action municipaux consécutifs à la première guerre mondiale, le secteur culturel vient se joindre à la politique économique et sociale. Mais la légitimité de l'intervention municipale dans la culture est alors objet de problématiques et de controverses, selon qu'on lui applique ou non la notion de "service public". L'objet" politique culturelle municipale" est appréhendé comme la rencontre entre un espace local spécifique, une notion de politique publique assortie de celle de service public, et enfin l'existence d'autres initiateurs de politiques culturelles, dont les actions rencontrent celles des municipalités. Il s'agit des lors de montrer comment la banlieue symbolisant aux yeux de ses détracteurs l'espace du vide culturel (vide spirituel et vide en équipement), a pu se transformer en espace culturel aux yeux d'autres observateurs et acteurs de la vie locale. Comment la construction d'une identité positive, liée à la notion nouvelle et de modernité, a pris appui précisément sur la mise en place de politiques culturelles. La banlieue est ainsi étudiée comme lieu d'émergence d'une culture nouvelle et laboratoire de politiques publiques, monde de projets politiques et humains, et non milieu moderne de pathologie urbaine.

  • Titre traduit

    Culture and the suburbs : Cultural policy in the municipalities of the department of the Seine (1935-1939)


  • Résumé

    This thesis explores the historical character and transformations of public policy and the increasing institutionalisation of a certain sector of society at the communal level. It shows how the idea of a municipal cultural policy emerges progressively in the period between the two wars, at varying speeds and in different manners. After the First World War, the domains of municipal action began to multiply. The cultural sector takes its place alongside economic and social policy. But the legitimacy of municipal intervention in this area provokes polemic and controversy; in particular, with regard to its categorization as "public service", "municipal cultural policy" is here defined as the point of intersection of a specific local space, a notion of public policy conjoined with that of public service, and the existence of other initiators of cultural policy whose actions interact with those of the municipalities. The aim of this study is then to demonstrate how the suburbs of Paris, which symbolized for their detractors a cultural void (spiritually empty and lacking in material facilities), became for other observers and participants in local life a site of cultural renewal. How did the construction of this positive identity, linked to the ideas of modernity and a new world, benefit from the establishment of a public cultural policy? This thesis presents the suburbs as a place in which a new culture emerges, a laboratory for public policy, and a world animated by political and human projects, rather than simply one of the modern forms of urban pathology.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (759-[75] f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 703-759. Annexes

Où se trouve cette thèse ?