Le syndrome de kallmann lie au chromosome x : isolement du gene responsable et etude de son expression au cours du developpement

par RENAUD LEGOUIS

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de C. Petit.

Soutenue en 1994

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce manuscrit presente dans une premiere partie l'anatomie et le developpement du systeme olfactif. La deuxieme partie decrit les resultats que nous avons obtenus concernant le gene responsable du syndrome de kallmann lie au chromosome x. Le syndrome de kallmann de morsier associe un hypogonadisme et une anosmie (absence d'odorat). L'hypogonadisme est du a un deficit en une neurohormone, la gonadoliberine (gnrh), et l'anosmie s'accompagne d'une absence des bulbes olfactifs. Des etudes embryologiques ont montre que les axones des neurones olfactifs et les neurones synthetisant la gnrh empruntent une voie de migration commune pendant l'embryogenese. Ce processus de migration serait perturbe chez les individus atteints du syndrome. La maladie atteint un garcon sur dix mille et une fille sur cinquante mille. En 1991, nous avons isole, par une demarche de clonage positionnel, le gene kal, responsable de la forme de la maladie liee au chromosome x. Ce gene coderait pour une proteine de 680 residus, qui comporte un peptide signal mais aucun domaine d'ancrage membranaire. Le tiers amino-terminal de la proteine est riche en cysteines et comprend un motif caracterise par 4 ponts disulfures, d'abord decrit dans la proteine wap (whey acidic protein), puis dans plusieurs proteines possedant une activite inhibitrice de proteases a serine. Les deux tiers carboxy-terminaux sont composes de 4 motifs de type iii de la fibronectine. Cet element repete est present dans de nombreuses molecules intervenant dans l'adherence cellulaire. Nous avons donc emis l'hypothese que la proteine kal serait un composant de la matrice extracellulaire possedant deux activites: inhibition de proteases et adherence cellulaire. Afin d'identifier les sites d'expression du gene au cours du developpement, nous avons isole l'homologue du gene kal chez le poulet, puis nous avons etudie par hybridation in situ l'expression du gene kal au cours de l'embryogenese du poulet. Cette etude a fait apparaitre deux vagues d'expression: une phase precoce et transitoire, qui concerne un grand nombre de structures derivees des trois feuillets embryonnaires et une phase tardive restreinte a certaines populations neuronales, dont les cellules mitrales du bulbe olfactif avec lesquelles les neurones olfactifs font relais. Ainsi, la proteine kal pourrait jouer un role dans la morphogenese, puis dans certains aspects de la differenciation neuronale, en particulier la mise en place et/ou le maintien de certaines connexions synaptiques. Dans le systeme olfactif la proteine pourrait etre necessaire a la formation des synapses entre neurones olfactifs et cellules mitrales. L'absence de proteine kal fonctionnelle chez les patients atteints du syndrome de kallmann, entrainerait la degenerescence des nerfs olfactifs et du bulbe olfactif, qui expliquerait l'anosmie. L'impossibilite pour les neurones synthetisant la gnrh d'utiliser les nerfs olfactifs comme support de migration expliquerait quant a elle, le deficit hormonal


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 193 P.
  • Annexes : 598 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1994
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.