Expression et e2-dependance du proto-oncogene c-myc dans les cellules epitheliales mammaires humaines normales (emh) en culture

par ETIENNE LEYGUE

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de F. KUTTENN.

Soutenue en 1994

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le proto-oncogene c-myc, gene clef de la multiplication cellulaire, est implique comme intermediaire de l'effet proliferatif de l'oestradiol (e2) dans les lignees cancereuses mammaires humaines. Sur un modele original de culture de cellules epitheliales mammaires humaines normales (emh), nous avons montre que la croissance etait stimulee par e2 et freinee par les antioestrogenes. Il importait donc de verifier si l'effet proliferatif de e2 faisait intervenir le proto-oncogene c-myc. L'arnm et la proteine c-myc ont ete caracterises dans les cellules emh par northern blot, immunocytochimie et western blot. Le taux d'arnm est identique a celui des cellules cancereuses e2-dependantes mcf-7 et inferieur a celui des cellules e2-independantes mda-mb-231. En revanche, le taux de proteine est inferieur a celui des mda-mb-231 et des mcf-7. Ces resultats, ainsi que ceux obtenus par protection a la rnase suggerent l'existence de mecanismes differents controlant l'expression de c-myc dans ces trois types cellulaires. L'expression de c-myc est e2-dependante dans les cellules emh. E2 induit une stimulation diphasique de l'arnm et de la proteine. Les modifications de cet effet en presence d'actinomycine d et de cycloheximide sont en faveur d'une action transcriptionnelle de e2. L'antioestrogene 4-ohtam inhibe la stimulation de la proteine par e2. Le proto-oncogene c-myc parait donc jouer un role dans les mecanismes par lesquels e2 et les antioestrogenes controlent la croissance du tissu mammaire sain et cancereux. Des modifications de ces mecanismes peuvent intervenir dans la deregulation de la croissance cellulaire et participer au processus qui en plusieurs etapes conduit une cellule normale a devenir cancereuse. Une meilleure comprehension des differences observees dans ces voies communes controlant la multiplication cellulaire pourrait permettre de mieux definir les points les plus sensibles aux efforts therapeutiques a entreprendre


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 190 P.
  • Annexes : 310 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1994
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.