L'émission x des étoiles jeunes de type solaire

par Sophie Casanova

Thèse de doctorat en Sciences de l'univers

Sous la direction de Thierry Montmerle.

Soutenue en 1994

à Paris 6 .


  • Résumé

    Il y a dix ans, le satellite Einstein a mis en évidence l'extraordinaire activité des étoiles jeunes de faible masse en rayons x. Cette activité vraisemblablement magnétique est interprétée en terme d'éruptions de type solaire, mais jusqu'à 10#5 fois plus intenses. Le satellite Rosat, lance en 1990, est de résolution et de sensibilité bien supérieures à Einstein, ce qui permet la découverte de nombreuses sources x ainsi qu'une étude spectrale et temporelle détaillée. Le travail de cette thèse est basé sur les premières observations Rosat de nuages moléculaires, sièges de formation stellaire. Nous montrons que les x peuvent être utilisés comme traceur homogène des étoiles jeunes, en particulier indépendamment de leur environnement circumstellaire. Ils permettent de plus de détecter des étoiles à tous les stades de leur évolution : non seulement des étoiles (actuellement encore très mal connues) approchant la séquence principale, mais aussi (pour la première fois) des objets très jeunes, profondément enfouis dans les nuages moléculaires. Cet important échantillon, représentatif de l'ensemble de la population des étoiles jeunes, nous a permis d'étudier l'influence de différents paramètres sur l'émission x. Nous obtenons des corrélations inattendues de la luminosité x avec la masse, le rayon et la luminosité stellaire, alors que nous ne pouvons pas mettre en évidence l'effet de la vitesse de rotation ou de l'age. Ces résultats ne peuvent pas être expliqués de manière directe par la théorie dynamo de génération du champ magnétique. D'autre part, l'étude de la variabilité temporelle indique une activité complexe sous forme d'éruptions

  • Titre traduit

    X-ray emission of young solar type stars


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 274 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 179 REF.Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Observatoire de la Côte d'Azur. Laboratoire Géoazur. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T I-330
  • Bibliothèque : Observatoire de la Côte d'Azur. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 006643
  • Bibliothèque : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Direction des Bibliothèques et de l'Information Scientifique et Technique-DBIST. Bibliothèque universitaire Sciences et techniques.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T940620
  • Bibliothèque : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Direction des Bibliothèques et de l'Information Scientifique et Technique-DBIST. Bibliothèque universitaire Sciences et techniques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T940620
  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Observatoire de Paris (Section de Meudon). Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : MMf.TCasanova

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1994PA066521
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.