Fin de Rome, fin du monde ? L'évolution des conceptions eschatologiques de la fin de Rome de Marc Aurèle à Anastase

par Bernard Fauvarque

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Michel Rouche.

Soutenue en 1994

à Paris 4 .


  • Résumé

    L'apocalypse, et, plus généralement, les textes eschatologiques ont pris beaucoup d'importance au cours des crises que connut le monde romain à partir du règne de Marc Aurèle. Leur contenu anti-romain fut cependant progressivement gommé par l'église à la recherche d'un rapprochement avec l'état romain. La conversion de l'empire au christianisme et la "renovatio imperii" marquée par la fondation d'une "nouvelle Rome" en Orient accentuèrent le mouvement : le nouvel état apparut très vite comme le lieu préalable à l'accomplissement des espérances eschatologiques. Néanmoins, des prédictions de différente nature et plus ou moins pessimistes continuèrent de circuler, reprises à leur compte (dans des intentions différentes) à la fois par la réaction païenne, les courants hétérodoxes et même par le mouvement monastique hostile à une église devenue trop installée dans le "siècle". Les invasions barbares du Ve siècle furent largement perçues comme des signes annonçant la fin des temps, et ce, malgré la dédramatisation opérée par saint Augustin. L'interprétation eschatologique et millénariste des faits fut pourtant à l'origine d'une vision plus positive du "barbare". C'est cette dernière qui déboucha à terme sur la naissance d'un nouveau royaume chrétien (le royaume des francs) édifié sur les ruines mêmes de l'ancien Empire romain d'occident.

  • Titre traduit

    The end of Rome : the end of the world ? : eschatological conceptions of the end of the Roman Empire from Marcus Aurelius to Anastasius


  • Résumé

    The book of revelation and more generally the eschatological material was of great importance throughout the troubled times of the Roman Empire from the time of Marc Aurele. Their anti-roman contents was progressively weakened by the church in search of closer bonds with the roman state. The empire's conversion to Christianity and the renovatio imperii illustrated by the foundation of a "new Rome" in the east during the IVth century, confirmed such a tendency ; the new state seemed to be the very place where eschatological hopes would be realized. Nevertheless, predictions of all kinds continued to circulate, revived in different ways by pagan reaction, heterodox movements and even by the monastic movement, hostile to a church which had widely established itself in the "saeculum". Vth century's barbarian invasions were largely viewed as signs announcing the end of the world, in spite of the dedramatization undertaken by st Augustine. The eschatological and millenarianist interpretation of the facts were nevertheless at the origin of a more positive view of the "barbarian". The latter finally opened the way to the birth of a new Christian kingdom, the kingdom of francs -born on the ruins of the Western Roman Empire.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (xlvii, 755 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3258
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 3024
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 18521-<1 À 3>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 1619
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.