Éthique et finitude dans la pensée de Fichte

par Stéphane Audonnet

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Alain Renaut.

Soutenue en 1995

à Paris 4 .


  • Résumé

    Suffering eclipse from kant's critique of practical reason on the one hand and from hegel's famous objections to kant's and fichte's moral vision of the world on the other hand, the latter's science of ethics", published in 1798, remains largely unappreciated and undervalued. By setting out a moral philosophy of the infinite duty, it constitutes the apex of the system of liberty and intersubjectivity that fichte tried to demonstrate while he vas teaching in jean. In this thesis, we mean to show, first, that his transcendental foundation of ethics deeply transforms - indeed revolutionizes - its kantian foundation. As a matter of fact, it restores the relevance - that kant had found he could set aside - of a fundamental principale of pratical reason as a material principle and not only as a formal one. Hence, the moral criticism seems to be able to resist to resist hegel's objections to formalism and to a solution of continuity with concrete ethics, insofar as it precedes it. The, in order to possibly revive fichete's option beyond the historical debate, there is need to assess how that ethics of the infinite duty still remains an ethics of finitude, which for instance avoids, in particular, but not only, the hegelian objection to a "bad infinite", both at the moment of its foundation, as mentioned above, and during its systematic progress.

  • Titre traduit

    Ethics and finitude in fichte's philosphy


  • Résumé

    A l'ombre imposante projetee d'un cote par la critique kantienne de la raison pratique, de l'autre cote par les celebres ogjections hegeliennes a la "vision morale du monde" de kant et de fichte, le "systeme de l'ethique", publie par ce dernier en 1798, reste largement meconnu et neglige. Dessinant une morale du devoir-etre a l'infini, il constitue le point culminant du syteme de la liberte et de l'intersubjectivite que fichte s'est employe a produire durant toute la periode ou il enseignait a iena. Il s'agit essentiellement dans ce travail, de montrer d'abord que la fondation transcendantale fichteenne de l'ethique reforme profondement - voire revolutionne - sa fondation kantienne. Elmle retabit en effet la pertinence, que kant avait juge devoir exclure, d'un principe fondamental de la raison pratique comme principe materile, et non seulement forme. Le criticisme ethique semble s'en trouver mieux a meme de resiter a l'objection hegelienne, qu'ainsi il devance, du formalisme et d'une solution de continuite avec l'ethique concrete. Il faut ensuite evaluer, pour une eventuelle reactivation de l'option fichteenne par-dela le debat historique, dans quelle mesure cette ethique du devoir-etre a l'infini n'en reste pas moins une ethique de la finitude - echappant en particulier, mais pas seulement, a l'objection hegelienne d'un "mauvais infini" -, aussi bien dans le moment, deja evoque, de sa fondation transcendantale, que dans celui de son developpement systematique.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (725 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3099
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 18179-<1,2>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 2646
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.