La photographie autochrome en France (1904-1931)

par Nathalie Boulouch

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de José Vovelle.

Soutenue en 1994

à Paris 1 .


  • Résumé

    Presente a l'academie des sciences en 1904 et commercialise trois ans plus tard par la societe a. Lumiere et ses fils, l'autochrome est le premier procede industriel de photographie des couleurs mis a la portee du public. Son invention herite des progres de la technique, des decouvertes scientifiques en physiologie de la vision des couleurs et des theories esthetiques du dernier tiers du dix-neuvieme siecle. L'etude de la photographie autochrome se situe ainsi au croisement de ces trois disciplines. Elle permet de circonscrire le moment ou la photographie conquiert ce qui lui faisait encore defaut pour atteindre a la plenitude de sa fonction de reproduction du reel : la couleur. Immediatement annexee pour sa superiorite d'objectivite dans un but documentaire, l'autochrome fascine les amateurs par le pouvoir illusionniste de la couleur et est egalement utilisee par les artistes-photographes. L'autochromie artistique cherche sa place entre le modele pictural de l'impressionnisme et le modele photographique du le modele pictural de l'impressionnisme et le modele photographique du pictorialisme. Le fait que les photographe pretendent a la reconnaissance artistique d'un procede mecanique reconnu pour son objectivite, declenche un vif debat au sein du mouvement pictorialiste qui prone au contraire la subjectivite de la pratique photographique par l'intervention sur le medium. Alors qu'elle se reclame d'une esthetique picturale qui n'est plus celle de la modernite, l'autochrome alimente le debat d'ou sortira la photographie moderniste. Pourtant, la nouvelle generation de photographes negligera ce procede. Innovateur dans sa conception, le procede autochrome renouvelle la pratique photographique mais ne parvient pas a engendrer une esthetiqsue pleinement novatrice.

  • Titre traduit

    Autochrome photography in france (1904-1931)


  • Résumé

    The autochrome was presented at the academie des sciences in 1904 and marketed by the societe a. Lumiere et ses fils three years after. It was the first industrial process of color photography offered to the public. Its invention inherited from technical progress, scientific dicoveries in physiology of colour vision, and aesthetic theories of the last third of the nineteenth century. The study of autochrome photography takes place at the crossroads of these three disciplines. It allows to define the moment when photography conquers the last ingredient still lacking to perfect complete realism : colour. The autochrome was immediately monopolized for its higher objectivity in documentary use. It fascinated amateur photographers with the illusionnism of colour ane was also used by artistic photographers. Artistic practice of autochrome sought place between impressionnism and pictorialism. Photographers claimed that this mecanical process, unanimously welcomed for its objectives qualities, can be artistic. They started a debate within pictorialism advocating subjective interpretation. Although it drew its inspiration from a former pictural aesthetics, the autochrome took part in a debate which generated modernist photography. Nevertheless, the new generation of photographers neglected this process which was too contraining and compromised with a past vision. Though the autochrome process was innovative in conception and renewed photographic practice, it was not able to create a real new aesthetics

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (667 f., 131 f. de pl.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 94 : 111
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 17952-<1 À 3>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 2773
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1459
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1575
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.