La pratique révolutionnaire du progrès technique : de l'institution de la recherche militaire en France (1775-1825)

par Patrice Bret

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Michel Vovelle.

Soutenue en 1994

à Paris 1 .


  • Résumé

    Sur fond de révolution chimique et de révolution française, le demi-siècle qui sépare la création de la régie des poudres sous Lavoisier (1775) de celle de l’école centrale de pyrotechnie à Metz (1824), est marqué par une rupture culturelle qui modifie les rapports entre science, technique, politique et armée. Une politique de recherche appliquée de type moderne apparait avec l’initiative de l’état, la rationalisation, la conception hors du système technique dominant dans des structures collectives liant science et technique, enseignement et recherche. La rationalisation des personnels (écoles d’ingénieurs), et des matériels (artillerie, marine) se poursuit jusqu’à a la révolution. En mobilisant les savants, le comité de salut public lance les premiers programmes de recherche militaire (poudre chloratée, obusn aérostation, télégraphe), surtout à Meudon, tout en orientant la recherche privée (1793-1794). Napoléon poursuit le mouvement (poudres, fusées, cartographie). La restauration normalise l’appel aux savants et aux ingénieurs savants polytechniciens dans des institutions permanentes - comité consultatif des poudres (Gay-Lussac, 1818 ; Berthelot, 1873), laboratoires, écoles - tandis que le modèle français gagne la Pologne (fusées), la suède (poudre), les États-Unis (pièces interchangeables). L’appel à l’invention privée resurgit en cas de crise (1870, 1914). Ce double héritage révolutionnaire aboutira au centre national de la recherche scientifique appliquée (CNRSA) en 1938.

  • Titre traduit

    The revolutionary practice of technological progress : the institution of military research in France (1775-1825)


  • Résumé

    On the background of the chemical revolution and the french revolution, the halfcentury from the foundation of a state gunpowder administration under lavoisier (1775) to the creation of the central school of military pyrotechnics in mets (1825) was marked by a cultural break in the relationship between science, technology, politics and military. A modern policy of applied research appeared with state initiative, rationalisation, conception out of the dominant technological system in collective structures relating science and technology, education and research. The rationalisation of men (higher schools of engineering) and equiplment (artillery, navy) was carried on up to the french revolution. With the mobilisation of scientists, the committee of public safety launched the first programs on military research (chlorate powder, obuses, ballooning, telegraphy), mainly in meudon (1793-1794). Meanwhile, it directed private research. Napoleon followed up (gunpowder, war rochets, cartography). The bourbon restoration normalized the call to scientists or ingenieurs-savants from the ecole polytechnique in permanent institutions like the comite consultatif des poudres (Gay-Lussac, 1818 ; Berthelot, 1873), laboratories and schools. Meanwhile the french pattern spread out to Poland (war rochets), Sweden (gunpowder) or the USA (American manufacturing system). Call for private invention still happened in crisis time (1870, 1914). The double revolutionary

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (771 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Maison méditerranéenne des sciences de l'homme. Médiathèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MT-23268 (3)
  • Bibliothèque : Maison méditerranéenne des sciences de l'homme. Médiathèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MT-23268 (4)
  • Bibliothèque : Maison méditerranéenne des sciences de l'homme. Médiathèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MT-23268 (2)
  • Bibliothèque : Maison méditerranéenne des sciences de l'homme. Médiathèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MT-23268 (1)
  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Institut d'Histoire de la Révolution Française (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 119 1
  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Institut d'Histoire de la Révolution Française (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 119 2
  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Institut d'Histoire de la Révolution Française (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 119 3
  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 94 : 185
  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Institut d'Histoire de la Révolution Française (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 119 4
  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Institut d'Histoire de la Révolution Française (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 119 4
  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Institut d'Histoire de la Révolution Française (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 119 1
  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Institut d'Histoire de la Révolution Française (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 119 2
  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Institut d'Histoire de la Révolution Française (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 119 3
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 17717-<1 À 4>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 2660
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.