Pour une pratique personnelle de la "subtilité" dans les arts plastiques : les "écritures" de la discrétion, de la division, et le plaisir de la discrimination fine

par Mee-Young Kim

Thèse de doctorat en Sciences de l'art

Sous la direction de Pierre Baqué.

Soutenue en 1994

à Paris 1 .


  • Résumé

    This thesis (based on plastic works i made between 1988 and 1993) tries to elucidate the enigma of motivation and the process of creation : it deals with the poietique of "subtlety" in plastic arts. My painting relates what appears in my works : formal expression of "politeness", representation of reticent feelings such as discreet behaviour. In such an incarnation of the theme, the question does'nt intend to teach anything in particular, be it cultural or moral, but to live the aesthetics of discretion, subtlety and one's own pleasure. Like a need or any urge of the body, like a non violent but discreet and delicate desire, the practice of subtlety is a profound need of my body. For me, subtlety is the ability to analyze and grasp tiny nuances. The making process (the principle of gragmentation, pluralisation and pulverization) brings a delicate work by the taste of division and grasp of tiny nuances with subtle hand gestures. With such a practice, the subtlety can be defined as the power of division and the intensity of pleasure : the pleasure of subtle discrimination. My personal view of "subtlety" concerns the art of living. An art made of subtle gestures resembling those of a chef, is in fact like a daily life transformed.

  • Titre traduit

    Personal view of "subtlety" in plastic arts : traces of discretion, fragmentation and pleasure of subtle discrinination


  • Résumé

    Cette these, a partir d'une pratique plastique (mes travaux faits entre 1988 et 1993 sous le titre une pratique de la "subtilite") tente d'elucider l'enigme de la motivation et le processus de la creation ; il s'agit de la poietique d'un art subtil. Ce qui est figure dans mes travaux plastiques (expression formelle de la politesse, jeu sur le sentiment timide, reticent etc. En tant que comportement discret) est le sujet dont parle ma peinture. Dans une telle incarnation du sujet, il ne s'agit nullement de vouloir enseigner quelque chose de particulier, culturel ou moral, mais il s'agit de vivre l'esthetique de la discretion, la subtilite et son plaisir. La subtilite a ici affaire avec le corps, non l'esprit. Comme un besoin ou un certain appel du corps, comme le desir non violent, mais discret, delicat, une pratique de la subtilite serait une demande de mon corps. La subtilite consisterait chez moi a pouvoir analyser et saisir des nuances infimes. Le procede de la fabrication (le principe de la fragmentation, de la pluralisation et de la pulverisation) donne part lui-meme un travail delicat tout en permettant le gout de la division et la saisie des nuances minuscules par les gestes de la main, par ses mouvements subtils. Par une telle pratique, la subtilite peut se definir comme la puissance de la division et le pouvoir de plaisir : le plaisir de la discrimination fine. Ma pratique de la subtilite n'est pas sans parente avec l'art de vivre. Pratiquer la subtilite est vivre ainsi en faisant deboucher l'art sur un art de vivre. Un art fait de gestes subtils d'une cuisiniere par exemple, est en fait comme une vie quotidienne transformee. Cette these donne sont terme : que vivre, jouer, creer soient interchangeables.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (245 f., 22 f. de pl.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 17532-<1,2>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 2155
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1397
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1547
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.