L'individualité dans la philosophie du droit hégélienne : la question du particulier : un essai de reconstruction de l'argumentation spéculative

par Georgios Faraklas-Matorikos

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Bernard Bourgeois.

Soutenue en 1994

à Paris 1 .


  • Résumé

    In what way could we think individuality and, in particular, a community constituted by free individuals? This thesis aims at showing how could hegel (1770-1831) help us to pose and solve these two questions. Within individuality, we distinguish between singularity and particularity. Paradoxically enough, it is particularity, the determined concept itself, which opposes itself to conceptualisation, and not singularity, which, being free from concept, is the form of pure concept itself. But, particularity, subjected to negation when freed from concept, results in singularity itself. Therefore, history, as the realisation of every single individual's freedom, is presented as the dissolution of substantial, patriarchal community due to the particularity of individuals, and as the reconstruction of another substantial community which would result from the fact that this particularity negates itself. Thus, this new community includes the singularity as attached to its particularity (the bourgeois), as negating it (the citizen), and the singularity that needs no more to oppose to it, the prince. - The dialectical argumentation which leads to this conclusion seems to be an apagogical process, characterized by three moments : to become originary; to be its own moment; autonomous mediation or "let-free".

  • Titre traduit

    Individuality in the Hegelian philosophy of right : the question of the particular : an attempt to reconstruct the speculative argumentation


  • Résumé

    Comment penser l'individualité et une communauté d'individus libres en particulier ? L'objet de cette thèse est de montrer comment Hegel (1770-1831) peut nous aider à poser et à résoudre ces deux question. L'individualité se distingue en singularité et particularité. Paradoxalement, c'est la particularité, qui n'est autre que le concept déterminé, qui peut s'opposer à sa conceptualisation, et non la singularité, qui est la forme du concept pur parce qu'elle est libre du concept. Or, la singularité est le résultat de la négation subie par la particularité lorsqu'elle est laissée libre du concept. Ainsi l'histoire, avènement de la liberté de chaque individu singulier, se présente comme la dissolution de la communauté substantielle, patriarcale, par la particularité des individus, et comme la reconstruction d'une communauté substantielle résultant de la négation de soi de la particularité. Cette nouvelle communauté comporte la singularité attachée à sa particularité, le bourgeois, celle niant sa particularité, le citoyen, et celle n'ayant pas à s'opposer à cette dernière, le prince. L'argumentation dialectique aboutissant à ce résultat nous parait être une processus apagogique caractérisé par trois moments : le se-rendre-originaire, l'être-son-propre-moment et la médiation autonome ou laisser-libre.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (610 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 17388

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 1872
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.