Recherches sur la transformation du temps musical sous l'angle de la philosophie japonaise

par RYOSUKE SHIINA

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de DANIEL CHARLES.

Soutenue en 1994

à Nice .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Apres avoir examine les theses sur le temps musical de michel imberty, de gisele brelet et d'ivanka stoianova, qui constatent une transformation du temps musical au tournant du siecle, nous faisons la lumiere sur les caracteres infini et abstrait du temps quotidien, nihilisant dans la societe moderne. Le temps musical assure ce sens perdu au moyen de la fermeture en tant qu'oeuvre-objet et d'une structuration sophistiquee. D'ou la teleologie refoulante. Et tout cela, en engendrant le meme genre de "difference ontologique" que bin kimura appelle la difference entre le koto et le mono, qui se trouve au fond de l'existence. C'est la "musique experimentale", avec sa conception du temps zero, qui revele la faussete du temps musical traditionnel et qui tente de retablir le temps directement fonde sur la profondeur de l'existence, ou le koto lui-meme. Ce temps fondamental, pour qu'il puisse s'ecouler, il faut qu'il effectue l'auto-negat ion comme "identite absolument contradictoire". Nous recourons a kitaro nishida, ainsi que shudo kuki et wataru hiromats u, pour trouver, derriere ces oeuvres d'aujourd'hui, l'acte musical dans son etat le plus dynamique : l'"interpretation" au sens radical, qui repose sur l'"intersubjectivite vibratoire".


  • Résumé

    After a critical survey of the theories of the musical time developped by michel imberty, gisele brelet and ivanka stoianova, who had noticed a transformation of the musical time at the beginning of the century, the author clarifies the nihilising caracteristics of everyday's time in modern societies, i. E. Its infinity and abstract nature. The traditional musical time, with its teleology, enables the human beings to compensate for losing the sense of life. This phenomenon is based on the isomorphism of musical time with the "ontological difference", which bin kimura locates, in the foundation of men's existence, as the difference between the mono and the koto. It is the "experimental music" which exposes the falseness of the traditional musical time, with its zero time conception, and which tries to make the time found on the depth of existence. This fundamental time must realise the "auto-neagation" as "absolutely contradict ory identity" for its being. We use the ideas of kitaro nishida, shuzo kuki and wataru hiromatsu, in order to find the most dynamic musical act in today's music : "interpretation" in the radical sense, which depends on the "vibratory intersubjectivity".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.