Etude de la conjonction des approches asynchroned et synchrone dans les langages reactifs : application a electre

par MARTIN RICHARD

Thèse de doctorat en Sciences appliquées

Sous la direction de Olivier Roux.

Soutenue en 1994

à Nantes .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    On presente dans cette these les techniques utilisees jusqu'a maintenant pour se detacher de l'hypothese de synchronisme forte dans les langages reactifs synchrones afin de mieux modeliser les phenomenes asynchrones comme il en apparait, par exemple, en execution repartie. On presente ensuite un mecanisme permettant de traduire automatiquement les programmes ecrits a l'aide du langage reactif asynchrone electre dans le code commun des langages reactifs, code appele code oc. Cette traduction passe par la traduction en esterel de la partie du programme electre de depart traduisible en esterel. La partie non traduisible est modelisee a l'aide d'automates. Le compilateur esterel pouvant fournir un automate, le produit synchronise de tous les automates donne un automate synchronise qui modelise parfaitement le programme electre de depart. Cet automate peut ensuite etre traduit en code oc. La derniere partie de la these presente un nouveau concept appele ambisynchronisme ou sont mis en conjonction du code ecrit a l'aide du langage asynchrone electre et du langage synchrone esterel au sein d'un meme programme appele programme ambisynchrone. L'ambisynchronisme permet de placer ces deux langages en parallele en offrant des possibilites de synchronisation entre les deux parties (synchrone et asynchrone)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 170 P.
  • Annexes : 60 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.