Biologie d'heligmosomoides polygyrus polygyrus (dujardin, 1845) (nematoda, trichostrongylina). Comparaison avec les especes proches et avec sa sous-speciation americaine

par GABRIEL N'ZOBADILA

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de MARIE CLAUDE DURETTE-DESSET.

Soutenue en 1994

à Paris, Muséum national d'histoire naturelle .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Heligmosomoides polygyrus polygyrus, nematode parasite du mulot en france a ete introduit aux etats-unis par l'intermediaire de la souris domestique. Il y a effectue une speciation qui, cas exceptionnel en zoologie, peut etre datee de 5 siecles au plus. Le travail cherche a approfondir nos connaissances sur l'espece heligmosomoides polygyrus polygyrus: origine, place dans la faune de france, comparaison des caracteristiques biologiques et genetiques de l'espece et de sa sous-speciation. La faune de france comprend 3 especes essentielles, derivees de l'explosion du genre heligmosomoides chez les arvicolidae d'europe orientale: heligmosomoides lvis chez microtus arvalis, heligmosomoides polygyrus capture tres precocement par les muridae et heligmosomum mixtum chez clethrionomys glareolus. La biologie des 3 especes est comparable, mais a tous les points de vue heligmosomoides laevis est la plus primitive et heligmosomum mixtum la plus evoluee. Cela se manifeste en particulier au niveau des pseudo-kystes, dont la formation est determinee par la migration des l3 dans la paroi intestinale, migration qui semble remplacer la migration pulmonaire des formes primitives a penetration cutanee. Un point tres remarquable est que chez les 3 especes, les larves qui se trouvent dans les pseudo-kystes et celles qui restent dans la lumiere intestinale evoluent de la meme facon et avec la meme vitesse. Les differences ecologiques entre les 3 especes sont plus importantes que les differences biologiques. Chez hs. Laevis, prevalence et intensite restent pratiquement constantes toute l'annee, chez hs. P. Polygyrus, la prevalence reste constante mais l'intensite montre de fortes variations, enfin chez hm. Mixtum, les variations sont marquees aussi bien pour la prevalence que pour l'intensite. Les differences genetiques mises en evidence entre hs. P. Polygyrus et sa sous-espece americaine hs. P. Bakeri, isolee depuis 5 siecles aux etats-unis, apportent des donnees sur l'amplitude des variations genetiques pouvant se produire au cours d'un isolement aussi court. Les caracteristiques biologiques et en particulier la specificite parasitaire sont plus marquees et semble-t-il plus stables que les variations des caracteres morphologiques


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 183 P.
  • Annexes : 131 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.