Système histaminergique central et états de vigilance chez le chat

par Jian-Sheng Lin

Thèse de doctorat en Sciences

Sous la direction de Michel Jouvet.

Soutenue en 1994

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Michel Jouvet.


  • Résumé

    Par une approche experimentale pluridisciplinaire (neuroanatomie, neurophysiologie, electrophysiologie et neuropharmacologie) chez le chat, nous avons etudie l'organisation du systeme histaminergique cerebral ainsi que son role dans la regulation des etats de vigilance. Les principaux resultats obtenus sont les suivants: les neurones a histamine (ha) se situent presque exclusivement dans l'hypothalamus posterieur, une region determinante dans les mecanismes de l'eveil (ev) et se projettent de facon diffuse sur diverses structures cerebrales connues pour leur importance dans la regulation du cycle veille/sommeil (telles que: cortex, thalamus, hypothalamus anterieur/preoptique, substance innominee, tegmentum pontique dorsal & noyau du raphe dorsal). Les neurones presumes histaminergiques dechargent toniquement et specifiquement pendant l'ev. Ce fait, ainsi que le mode d'action postsynaptique excitatrice et facilitatrice de l'ha, suggerent que par l'augmentation de leur activite pendant l'ev, ces neurones activent diverses structures cerebrales cibles et contribuent ainsi au maintien de la desynchronisation corticale. Les donnees pharmacologiques systemiques sont en faveur de cette hypothese puisque l'administration de diverses substances qui diminuent la transmission histaminergique conduit systematiquement a une augmentation du sommeil lent, tandis qu'un renforcement de cette transmission entraine l'ev. Les recepteurs h#1 et h#2, pourraient agir en synergie au niveau postsynaptique par les differents canaux membranaires, alors que les recepteurs h#3 interviendraient par une retroaction negative presynaptique sur la liberation et la synthese de l'ha. Les etudes pharmacologiques in situ nous ont permis ensuite de determiner les circuits neuronaux mis en jeu: les neurones a ha pourraient induire l'ev non seulement par la voie corticopete directe, mais aussi par une activation des neurones cholinergiques pontiques via les recepteurs h#1 et par une inhibition directe ou indirecte (via les receptors h#2) des neurones preoptiques impliques dans la genese du sommeil lent. Nous avons ainsi mis en evidence pour la premiere fois chez le chat l'existence du systeme histaminergique et son role determinant dans les mecanismes de l'ev. Les neurones histaminergiques de l'hypothalamus posterieur representent a l'heure actuelle l'un des plus importants systemes reticules activateurs responsables de l'activation corticale et de l'ev


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (238 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.201-238 et notes bibliographiques dans chaque article

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.