La notion d'échelle et l'analyse géographique de quelques variables de la dynamique familiale en Europe du Nord-Ouest de 1980 à 1990 : (Belgique, Luxembourg, Pays-Bas et Allemagne)

par François-Olivier Seys-Bintein

Thèse de doctorat en Géographie humaine

Sous la direction de Pierre-Jean Thumerelle.

Soutenue en 1994

à Lille 1 .

  • Titre traduit

    The notion of scale and the geographic analysis of 4 indicators of the family dynamics in north-west europe from 1980 to 1990 (belgium, luxembourg, netherlands and germany)


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Cette thèse est un travail de recherche sur l'évolution de 4 variables de la dynamique familiale (taux brut de nuptialité, taux brut de divortialité, taux brut de natalité, proportion de naissances illégitimes) dans le cadre d'une comparaison internationale en Europe du nord-ouest (Belgique, Luxembourg, pays-bas,r. F. A. Et ex-r. D. A. ) De 1980 a 1990. En 11 ans, les dynamiques familiales se sont profondément modifiées. En 1980, elles évoluaient résolument dans des cadres nationaux ou plurinationaux: dans le cas du Benelux : et les facteurs expliquant leurs disparités étaient surtout d'ordre socio-économique. En 1990, on observe une réelle "intégration européenne" des dynamiques familiales dans les 4 pays de la communauté. De même, les facteurs les plus discriminants ont changé et il apparaît que les dynamiques familiales sont plutôt influencées par des facteurs d'ordre culturel et politique associes a l'importance spatiale du processus de tertiairisation de la société. En r. D. A. Une situation très complexe voie le jour dans la seconde moitié de la décennie à cause de l'ampleur de la crise sociale qui frappe le pays et de sa diffusion du sud vers le nord soit des régions fortement industrialisées vers celles plus rurales. Au cours des années 80, sont observés des changements de tendances de l'évolution de 3 des 4 variables de la dynamique familiale (natalité, nuptialité et divortialité) mais aussi une stabilisation de la chute de la taille moyenne des ménages. Cette double constatation a permis de définir une "seconde transition familiale" qui consiste en la constestation du modèle familial dominant : la famille nucléaire et en l'apparition de nouveaux types de famille a cote de ce modèle; ce sont les familles de cohabitants (unions consensuelles), les familles monoparentales et les familles recomposées.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (409 f.)
  • Annexes : Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50377-1994-234
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.