Le récepteur de la lactotransferrine humaine : préparation d'anticorps monoclonaux et polyclonaux, applications à la caractérisation et au dosage ELISA du récepteur

par Nathalie Nillesse

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Geneviève Spik.

Soutenue en 1994

à Lille 1 .


  • Résumé

    Les travaux anterieurs realises au laboratoire sur les recepteurs lymphocytaire et plaquettaire de la lactotransferrine ont montre qu'il s'agissait d'une glycoproteine monomerique de masse moleculaire 105 kda renfermant des glycannes de type n-acetyllactosaminique. Neanmoins, une etude biochimique plus precise de cette glycoproteine n'a jamais pu etre entreprise du fait de la difficulte a obtenir du recepteur pur en quantite suffisante. Il nous a donc semble indispensable de mettre au point une technique efficace de purification du recepteur membranaire de la lactotransferrine. A cet effet, nous avons prepare un anticorps monoclonal a partir d'une fraction de recepteur soluble eluee d'une colonne d'anticorps anti-lactotransferrine. L'immobilisation de cet anticorps monoclonal sur un nouveau type de support active nous a permis dans un premier temps, de chromatographier du lysat plaquettaire et dans un second temps, d'obtenir, apres utilisation d'une technique originale d'elution d'une membrane d'immobilon, du recepteur pur en quantite suffisante pour immuniser un lapin et preparer ainsi des anticorps polyclonaux monospecifiques diriges contre le recepteur membranaire de la lactotransferrine humaine. L'utilisation seule ou combinee de ces deux types d'anticorps (monoclonal et polyclonaux) nous a amenee a caracteriser et a doser les recepteurs de la lactotransferrine humaine localises sur le tissu cerebral et a la surface de differentes lignees cellulaires. Ainsi, l'anticorps monoclonal nous a permis d'une part, de caracteriser le recepteur de la lactotransferrine sur les megacaryocytes de la lignee dami et d'autre part, de preciser l'ordre d'apparition, a la surface de ces cellules, de ce recepteur par rapport a deux autres marqueurs: les glycoproteines gp ib et gpiib-iiia. Les anticorps polyclonaux ont, quant a eux, revele l'existence de recepteurs specifiques de la lactotransferrine sur les neurones qui degenerent lors du developpement de la maladie de parkinson. Enfin, l'utilisation combinee de ces deux types d'anticorps a conduit a la realisation de dosages elisa du recepteur de la lactotransferrine humaine dans differents lysats cellulaires.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (290 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 194-248

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-1994-210
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.