Aimants permanents néodyme fer bore obtenus par solidification rapide : influence de l'ajout de vanadium

par Anne Tanguy

Thèse de doctorat en Physique des solides

Sous la direction de Jacques Degauque.

Soutenue en 1994

à Toulouse, INSA .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ce travail a consiste a etudier la substitution partielle de vanadium au neodyme dans les aimants permanents neodyme fer bore elabores a partir de rubans obtenus par solidification rapide. Dans le cas des aimants de type i, pour lesquels les rubans sont lies a froid avec une resine, l'ajout de 1% de vanadium conduit a une augmentation importante de l'energie specifique: 37 kj/m#3 sont atteints contre 25 kj/m#3 sans vanadium. Cet accroissement est attribue a la stabilisation de la phase amorphe par le vanadium, qui limite le grossissement des grains. Par contre, une quantite trop importante de vanadium entraine une presence accrue de phase amorphe et nuit ainsi a l'ensemble des proprietes magnetiques. Dans le cas des aimants mis en forme par compression a chaud des rubans (aimants de type ii), la limitation du grossissement des grains durant la mise en uvre, grace a la segregation du vanadium au joint des grains, ne conduit qu'a une legere augmentation de l'energie specifique (85 kj/m3 avec 2,3% de vanadium pour 82 kj/m3 sans vanadium) malgre une forme plus carree du cycle. Cette faible difference est due a une remanence insuffisante, entrainee par la mauvaise densification des aimants lorsque la teneur en neodyme est diminuee. Pour augmenter la densification, un ajout de 1% at. De neodyme et de 2% en poids d'un liant metallique semble etre le meilleur compromis. Pour les aimants de type iii, obtenus par deformation a chaud des aimants de type ii, l'ajout de vanadium est prejudiciable a l'apparition d'une texture lors du fluage, ce qui limite la remanence. L'ajout de vanadium n'est donc pas concluant pour ce type d'aimant

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 238 p

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut national des sciences appliquées. Bibliothèque centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1994/295/TAN
  • Bibliothèque :
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.