Prolifération et capacité cytotoxique des lymphocytes T infiltrant les tumeurs induites par les cellules malignes autologues de lymphomes B : étude de 85 clones T issus de 9 patients

par Isabelle Shi Zheng

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Jean-Jacques Sotto.

Soutenue en 1994

à Grenoble 1 .

  • Titre traduit

    Study on proliferation and cytotoxicity of tumor-infiltrating t-lymphocytes induced by autologous malignant lymphoma b celles analysis of 85 t cell clones from 9 patients


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les til-t provenant de 20 lmnh b de type histologique/cytologique varies ont été étudiés et 174 clones t ont été générés dans 9 des cas. 4 groupes prolifératifs ont été identifiés sur la base de prolifération des til-t. Les pourcentages de clones proliférant dans ces 4 groupes sont respectivement de 63%, 70% et 56%, et 10%. Dans les lmnh de forte malignite, 25% (5/20) des clones t prolifèrent sous l'effet des bm alors que dans les lmnh de faible malignite, il y en a 55% (36/65) (p < 0,05). Il en est de même pour leurs capacités de dissémination : dans les lmnh localisés (stades i et ii), 70% (28/40) des clones t prolifèrent au contact des bm, alors que dans les lmnh disséminés (stades iii et iv), 29% (13/45) des clones t ont cette capacité. La différence apparaît encore plus significative (p < 0,01). Ces corrélations ne sont pas observées avec la stimulation par les cellules b normales autologues infectées par le virus epstein barr (b-ebv) ou les cellules b normales allogeniques (bn-allo). La réponse proliférative des clones t vis-à-vis des bm n'est pas corrélée à un phénotype préférentiel des clones t cd4 ou cd8. 46 clones t provenant de 8 ganglions malins ont été testés pour leur capacité cytotoxique contre les bm. Seuls 6 clones t ont exprimé cette propriété. La production de gm-csf, d'inf, de tnf et d'il4 sur 9 clones, et celle d'il2 sur 5 clones ont été détectées sous l'effet des bm. Des clones t sont capables de proliférer et/ou d'exprimer l'ag cd25 au contact des bm, avec une intensité proportionnelle à la quantité de cellules b utilisées. La prolifération et l'expression de l'ag cd25 des cellules t est liée à une structure membranaire des bm. 6 clones t sont incapables de proliférer au contact des b-ebv et des bn-allo, ce qui est très en faveur de l'existence d'un antigène stimulant propre aux bm. En utilisant la méthode des ac bloquants, nous avons démontré que des clones t prolifèrent au contact des bm selon deux mécanismes qui impliquent tous le tcr mais qui se différencient par l'intervention ou non du cmh des bm

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (154 P.)
  • Annexes : 237 REF.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Grenoble Alpes (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque et Appui à la Science Ouverte. Bibliothèque universitaire Joseph-Fourier.
  • Accessible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1994GRE10215
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.