L'introduction et l'acclimatation des plantes chinoises en france au dix-huitieme siecle

par Marie-Pierre Dumoulin-Genest

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Michel Cartier.

Soutenue en 1994

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Durant les premieres annees du dix-huitieme siecle, commis de l'etat et membres de l'academie des sciences, curieux des plantes plantes chinoises, desirerent recevoir des graines et des renseignements a leur propos. Ils adresserent leurs demandes aux missionnaires a pekin et egalement a partir de mille sept cent soixante-dix environ a cere et a cossigny aux mascareignes puis vers mille sept cent quatre-vingt-cinq a louis joseph de guignes residant a canton. Tous ces correspondants essayerent de satisfaire le mieux possible les souhaits des "demandeurs", par leurs herborisations, leurs collectes et leurs enquetes. Graines, plants, memoires furent envoyes en france jusqu'a la revolution. Recues pour la plupart au jardin du roi a paris, les plantes furent identifiees, acclimatees, puis diffusees dans le royaume. Largement adoptes dans les jardins d'ornement, les vegetaux chinois ne furent pas utilises dans l'economie domestique, mais firent l'objet de nombreuses ewperiences qui se poursuivirent au dix-neuvieme siecle.

  • Titre traduit

    The introduction and acclimatization of chinese plants into france during the eighteenth century


  • Résumé

    In the first years of the eighteenth century, senior civil servants and members of the science academy, curious about chinese plants, wanted seeds and information about them. They sent their requests to the peking missionaries and also, starting about the year seventeen seventy to cere and cossigny in the mascareignes islands and then around seventeen seventy five to louis joseph de guignes residing in canton. These people undertook to meet the wishes of their correspondants through herborization, collection of specimens and investigations. Seeds, seedlings and reports were sent to france until the seventeen eighty nine revolution. The plants were for the most part received by the king's garden in paris, and were identified, acclimatized and spread through the kingdom. Widely seen in ornamental gardens, the chinese plants were not used for home economy purposes; they were the object of numerous experiments continued into the nineteenth century.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (725 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 3297
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 18440-<1 À 3>
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.