Approches biochimique et toxicologique de la proliferation peroxysomale. Influence de l'etat physiologique et de l'espece

par CORINNE PACOT

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Norbert Latruffe.

Soutenue en 1994

à Dijon .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Notre travail a porte sur l'etude de parametres physiologiques tels l'obesite et l'hypo- ou l'hyperthyroidie, qui pourraient influencer la proliferation peroxysomale dans le foie de rat, et ainsi etre des facteurs de risque chez l'homme. De plus, nous avons etudie l'effet du ciprofibrate chez le cobaye, espece consideree comme peu repondante aux proliferations de peroxysomes. Les caracteristiques peroxysomales dans le foie du rat zucker obese sont comparables a celles des rats normolipemiants. L'obesite du rat zucker, caracterisee par une accumulation en acides gras libres et une inhibition de la -oxydation mitochondriale dans le foie, ne semble donc pas etre favorable au developpement d'une proliferation peroxysomale naturelle. De plus, l'administration de ciprofibrate a des rats zucker obeses resulte en une proliferation peroxysomale comparable a celles des rats normolipemiants. L'utilisation de rats hyperthyroidiens montre que les hormones thyroidiennes augmentent le taux d'arnm de l'acyl-coa oxydase. Inversement, elles inhibent partiellement l'activation post-transcriptionnelle du gene de l'acyl-coa oxydase provoquee par le ciprofibrate. Dans le foie de cobaye, il y a accumulation de gouttelettes lipidiques, qui disparaissent apres traitement au ciprofibrate. De plus, l'activite de l'-laurate hydroxylase microsomale est 20 fois plus faible que dans le foie de rat. Meme a des doses bio-equivalentes de ciprofibrate, le cobaye reste refractaire a la proliferation peroxysomale. L'ensemble de nos etudes est en faveur d'un risque limite de l'administration therapeutique du ciprofibrate chez l'homme. Le cobaye est une espece resistante au ciprofibrate, meme lors d'un traitement a des doses bio-equivalentes a celles produisant une profileration peroxysomale chez le rat. L'obesite, telle qu'elle est rencontree chez l'homme traite par les fibrates, et un etat hypo- ou hyperthyroidien, qui peuvent s'ajouter aux perturbations lipidiques de l'homme en traitement, ne sont pas des terrains favorables a l'induction de la proliferation peroxysomale chez le rat


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 193 P.
  • Annexes : 353 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.