Culture traditionnelle et danse ancienne en France

par Yves Guilcher

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Donatien Laurent.

Soutenue en 1994

à Brest .


  • Résumé

    Jusqu'à présent, l'étude de la danse ancienne - carole médiévale, basses danses des xvème et xvième siècles - a toujours été prise en charge soit par des danseurs qui n'étaient pas chercheurs, soit par des universitaires qui ne dansaient pas. Les uns comme les autres se sont par ailleurs dispensés d'interroger les traditions populaires francaises, dont certaines ont pourtant conservé jusqu'au xxeme siècle des formes de danse, des logiques musicales, et des facons de faire qui sont celles du moyen-âge central et de la renaissance : récits chantés et dansés en rond par l'ensemble d'une communauté, structures strophiques et affabulation des chansons à danser, chant responsorial partagé entre "chante-avant" et choeur, etc. Y. Guilcher suggère d'abord en quoi cette recherche repose sur des postulats contestables, s'accommode de problématiques hasardeuses, et débouche sur des certitudes illusoires. Danseur et ethnologue, formé dans l'enquête de terrain au contact des derniers temoins paysans d'une culture de type traditionnel (Basse-Bretagne, landes de Gascogne), il propose une relecture des documents anciens à la lumière d'une telle expérience, montrant qu'elle résout mainte contradiction considérée jusqu'ici comme insurmontable (relation musique-mouvement dans les basses danses du xvème siècle en cantus firmus, rapport structure-performance dans le rondet de carole, etc. ) cette étude s'accompagne d'une réflexion méthodologique incluant une critique de la démarche elle-même.

  • Titre traduit

    Popular traditional culture and ancient dance in France


  • Résumé

    Until today, those who undertook to study ancient dances were always either dancers, ill-equipped for historical research, or historians without any dancing experience. Moreover, they all neglected to look into french popular traditions and yet some of these traditions have retained up to the twentieth century some forms of dancing and an experience in singing for dances that still belong to a mediaeval or renaissance logic in dancing and singing. As a dancer and ethnohistorian, Y. Guilcher offers a re-reading of ancient documents in the light of traditional milieux which challenges a number of deceptive certainties. He suggests solutions to many a contradiction so far judged insuperable, notably with regard to the relation between music and movement in fifteenth century "basses-danses" in cantus firmus, to the notion of chorus in the "rondet de carole" and to the apportionment of singing between the lead-singer and the rest of the dancers. Together with his research, Y. Guilcher carries on a methodological reflection including a criticism of his own research methodology.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne Occidentale. Service commun de la documentation. Section lettres et sciences sociales.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : X25289
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.