Relations cellulaires et moléculaires entre myoblastes et fibroblastes au cours de la régénération musculaire chez le mutant mdx, modèle murin de la myopathie de Duchenne

par Sophie Morin

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et médicales

Sous la direction de Jeanine Koenig.

Soutenue en 1994

à Bordeaux 2 .


  • Résumé

    La relation murine mdx est une mutation liée au sexe qui présente des caractéristiques biochimiques et histopathologiques communes avec la myopathie de Duchenne. Notre objectif est de déterminer pourquoi le muscle mdx ne présente pas la dégénérescence progressive que l'on observe dans le muscle humain DMD. Nous avons développé pour cela deux hypothèses non-exclusives qui concernent d'une part la capacité de réplication des fibroblastes musculaires et d'autre part la composition de la lame basale musculaire. L'analyse de la capacité de réplication des fibroblastes musculaires mdx in vitro a montré que la multiplication de ces cellules est diminuée pendant la phase aigue de la maladie et totalement inhibée chez les souris mdx âgées de 8 semaines. La préparation de milieu conditionné a permis de déterminer que les fibroblastes libèrent un facteur qui inhibe spécifiquement leur propre réplication. L'étude de la MEC en immunofluorescence a montré que la cellule musculaire mdx est plus riche en laminine et en HSPG que celle du muscle témoin. L'analyse par immunoblot et densitométrie a confirmé cette observation. Par contre, dans le cas du muscle DMD, l'intensité de fluorescence est plus faible pour la laminine et l'HSPG que sur les coupes de muscle humain témoin. A partir de ces résultats nous pouvons émettre l'hypothèse selon laquelle l'augmentation des composants de la lame basale et l'arrêt de réplication des fibroblastes pourraient être au moins partiellement responsables de la régénération musculaire observée chez la souris mdx.


  • Résumé

    The mdx mouse is an X-linked muscular dystrophic mouse presenting biochemical and histopathological features similar to those seen in DMD. Our purpose was to understand why mdx muscle fails to show the progressive degeneration which is observed in DMD. We have hypothesized that this difference may be associated 1) with the proliferation capacity of muscle fibroblasts and 2) with a modfication of the expression of basal lamina components. The in vitro analysis of mdx muscle fibroblast proliferation showed that during the acute phase of the disease the muscle fibroblasts lost approximately 50 % of their replication capacity, and 8-week-old mdx mouse muscle fibroblasts failed to replicate. Conditioned medium experiments revealed that these cells release an inhibition factor, specific for fibroblasts. The study of ECM showed an increase in immunofluorescence staining of laminin and HSPG in mdx muscle, especially in regenerating areas. Immunoblot and densitometric analysis confirmed these observations. On the contrary, DMD muscle, laminin and HSPG levels were lower than in control human muscle. These results suggest that the increase of basal lamina components and the proliferation arrest of muscle fibroblasts could be, at least partly, responsible for the successful regenerative process observed in mdx mouse muscle.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 102 f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque des Sciences du Vivant et de la Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : CMTB 1994-320
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 4120
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : BIUM Bordeaux 1994
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.