Les sciences et l'idée éducative : le moment positiviste : matériaux pour une critique de la raison éducative

par Alain Kerlan

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de André Tosel.

Soutenue en 1994

à Besançon .


  • Résumé

    C'est aux sciences qu'il appartient désormais pleinement d'éduquer : telle est la conviction positiviste en matière d'éducation. Le positivisme a revendiqué l'entière vocation éducative et culturelle des sciences : éducation logique et intellectuelle, mais aussi et fondamentalement éducation morale, éducation sociale et politique, éducation esthétique. Le but de cette thèse est d'abord de comprendre la nature, les fondements et le destin d'une ambition éducative liée aux sciences et aux valeurs de la pensée scientifique. La première partie étudie dans l'œuvre de Durkheim la construction de ce modelé éducatif conforme aux temps modernes. Elle montre comment l'assurance positiviste du sociologue est hantée par le doute et l'incertitude : pourquoi les sciences sont-elles tant de peine à imposer leur modèle ? N'ont-elles pas produit dans la culture et son histoire une rupture insurmontable ? La seconde partie trouve dans l'œuvre de Comte une philosophie systématiquement élaborée pour conjurer cette évolution : une philosophie de la culture nécessaire au temps des sciences, une philosophie de l'éducation préoccupée de la maitrise culturelle d'un développement des sciences dont elle avait pressenti et mesure les forces de rupture. La troisième partie pose, par-delà l'héritage et les impasses du positivisme, la question qui demeure aujourd'hui l'horizon de toute pensée éducative : que faire des sciences dans l'éducation ? Elle invite à une révision critique de l'idée éducative et de son ambition totalisante. Le sens même d'une émancipation par la connaissance est à ce prix.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (702 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f.685-696.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1994.1024.1
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1994.1024.2
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1994.1024.3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.