Structures d'habitats à L'Age du Fer en région Rhône-Alpes

par Marie-Pierre Willigens

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de André Thévenin.

Soutenue en 1994

à Besançon .


  • Résumé

    En ce qui concerne les structures d'habitats de l’Age du Fer en région Rhône-Alpes, une rupture apparait au 5eme siècle av J. C. Dans l'évolution qui jusque-là était dans l'ensemble globale. Dans la haute vallée du Rhône se développent des habitats de plaine essentiellement constitues de fermes isolées et de hameaux. Ces établissements agricoles se présentent sous la forme de bâtiments rectangulaires de plan simple en matériaux périssables ; s'y ajouteront des greniers surélevés, des enclos, des palissades, des fosses. . . Le contexte économique du 2eme siècle contribue largement à expliquer l'essor d'une nouvelle catégorie d'habitats, les agglomérations de plaine, dont la fonction n'est pas seulement agricole mais aussi artisanale et commerciale; le plan de Roanne présente un agencement de maisons disposées en deux rangées adossées a une ruelle. Le 1er siècle av. J. C. Voit la création d'oppidums sur des éperons barres le long de la plaine du forez. La moyenne vallée du Rhône opère quant à elle un mouvement inverse, qui s'explique moins par des causes internes que par ses rapports commerciaux étroits avec Marseille. Au Hallstatt, se multiplient les villages groupes et majoritairement perches. Les cabanes rectangulaires sont de superficie modeste et faites en bois et torchis. Au 4eme siècle, certains de ces oppidums sont munis de remparts et voient leurs habitations se transformer avec l'apparition de murs en pierres sèches et en briques. L'occupation de ces habitats de hauteur n'est pas continue mais semble se faire en alternance avec de petites installations contemporaines localisées dans les zones basses.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (210 f.)
  • Notes : Thèse non corrigée
  • Annexes : Bibliogr. f.195-209.

Où se trouve cette thèse ?