Contribution à l'étude des phanérogames parasites du Burkina Faso et du Mali : quelques aspects de leur écologie, biologie et techniques de lutte

par Gérard Hoffman

Thèse de doctorat en Biologie des populations et des écosystèmes

Sous la direction de Roger Loisel.

Soutenue en 1994

à Aix-Marseille 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les phanerogames parasites representent une contrainte pour l'agriculture des regions tropicales seches en afrique. Les recherches menees visent a preciser leur importance dans les systemes agraires du burkina faso et du mali. Une premiere partie, consacree a l'inventaire des plantes parasites des regions agricoles du mali, presente les principales caracteristiques de la plupart des taxa connus dans ce pays. La majorite des especes a un impact tres limite sur l'environnement, par contre, un petit nombre d'entre elles occupe de grandes superficies et se montre de redoutables ravageurs pour les cultures vivrieres et les arbres. La seconde partie aborde la repartition des especes parasites herbacees au niveau du terroir villageois. Elle revele leur presence dans tous les types de milieu, qu'ils soient naturels ou cultives, le role capital de la degradation de la vegetation par l'homme et les animaux sur leur proliferation et l'influence importante de l'eau de ruissellement sur leur dissemination. Six especes se rencontrent dans le milieu cultive, parmi lesquelles striga hermonthica est la plus repandue. Les cultures vivrieres sont les plus parasitees, principalement le sorgho. La distribution des plantes parasites et leur densite dans les differentes portions de l'exploitation agricole indiquent que les champs de village et de brousse, cultives collectivement, sont les plus touches. Les paysans ont de ces plantes une connaissance insuffisante pour qu'ils puissent les combattre efficacement. La troisieme partie contribue a preciser l'influence de la temperature et de l'humidite du sol sur les variations inter-annuelles de la levee de striga hermonthica. Il apparait que la temperature du sol pendant la phase de germination est le facteur le plus discriminant et qu'il est probablement possible de prevoir, avant meme le debut de la levee du parasite, le niveau d'infestation en fin de cycle. Enfin, la derniere partie rapporte les resultats de plusieurs annees de lutte contre s. Hermonthica. L'utilisation de techniques de lutte curatives (sarclage et herbicide) et preventives (rotation avec l'arachide) met en evidence une reduction substantielle des pertes de rendement, sans toutefois eradiquer le parasite, et la necessite de combiner plusieurs methodes de lutte pour accroitre l'efficacite de l'intervention. L'objectif de ce memoire est de donner une image aussi precise que possible de la presence des plantes parasites afin d'attirer l'attention sur un fleau qui gagne insidieusement du terrain et qui pourrait devenir, dans un futur assez proche, une catastrophe pour l'agriculture des pays sub-saheliens

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 177 p.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Saint-Jérôme). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 2152/A-B
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.