L'imagination du sacre chez Leconte de Lisle

par Lina Daboul

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Pierre Citti.

Soutenue en 1993

à Tours .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Tous les désirs de s'échapper du monde cruel de la réalité afin d'atteindre un monde spirituel et idéal, tous les désirs de l'absolu et du divin peuvent être trouvés à un très haut niveau chez Leconte de Lisle. Pour comprendre l'impassibilité de Leconte de Lisle et son air hautain il faut le voir, comme il se voit, un prêtre-poète. Leconte de Lisle avait fondé une religion qui lui était propre, et par laquelle il espérait profondément devenir immortel comme un dieu et s'éterniser par son évangile, c'est-a-dire sa poésie. Dans cette nouvelle religion on tourne le dos au présent, on se plonge dans l'étude du passé le plus lointain, et on va chercher les formes de beauté aux origines mêmes de l'humanité primitive. Lui, le poète, le prêtre de cette nouvelle religion a une fonction supérieure, au sein de l'humanité, c'est travailler en martyr du présent pour la postérité, c'est aussi réaliser le beau, car c'est la beauté de l'œuvre d'art qui fait sa vérité et sa moralité. Dans cette religion on offre des sacrifices car la douleur et la souffrance divinisent l'homme. On sacrifie nos passions en les contrariant, et notre amour pour qu'on meurt "d'avoir trop aimé". Aussi on glorifie la force, l'orgueil et la virilité. Enfin, la mort est l'ultime fin, le moyen le plus sur pour conquérir immortalité et divinité. Le livre sacré de cette religion est une œuvre d'art, des poèmes parfaits, des vers écrits après méditation et avec mesure.


  • Résumé

    All the desires to escape the cruel world of the reality in order to reach a spiritual and ideal world, all the desires of the absolute and the divine can be found at a very high level in Leconte de Lisle. In order to understand the impassibility of Leconte de Lisle and his haughty look, we must see him as he imagines him self, a poet priest. Leconte de Lisle founded a new religion of his, and by it be wished deeply become and immortal as a god and to take ages by his gospel which is his poetry. In this new religion, we turne back on the present, and we bury in the study of the dist ant past, and we will seeking for the formal beauty, in the origines of the primitives humanity. The poet, the priest of this new religion has a superior function, in the bosom of the humanity, that is to work as martyr of the present for the posterity. It’s also ralising the beauty, because, beauty of the artistic work makes its truth and its morality. In the new religion we offer sacrifices, because pain and suffering deify the man. We sacrifice our passions and love in order to die "from having loved too much". Also we glorify blood, who draws us the way of the absolute and the eternity. We glorify force, pride and virility. At last death is the ultimate end, the most sure way to win immortality and divinity. The holy book of this religion is an artistic work, a perfect poems and verses written after meditation and with measure.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Thèse non reproduite

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.