Le Pituitary Adenylate Cyclase-Activating Polypeptide (PACAP) : un neurotransmetteur dans le système nerveux central et une neurohormone au niveau hypophysaire et surrénalien

par Laurent Yon

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Hubert Vaudry.

Soutenue en 1993

à Rouen .


  • Résumé

    Le pituitary adenylate cyclase-activating polypeptide (PACAP) est un neuropeptide dont la structure primaire a été conservée au cours de l'évolution des amphibiens jusqu'aux mammifères. Le but du présent travail visait d'une part à déterminer la cartographie du PACAP et de ses récepteurs dans le cerveau de grenouille et rechercher le rôle du peptide dans la régulation du lobe antérieur de l'hypophyse et d'autre part de mettre en évidence la présence du PACAP dans la glande surrénale et d'examiner le mécanisme d'action du peptide sur la stéroïdogénèse surrénalienne. Par immunohistochimie nous avons montré que le PACAP est principalement localisé dans l'hypothalamus. Les études de liaison ont révélé la présence de récepteurs spécifiques et de haute affinité pour le PACAP dans l'hypothalamus et nous avons démontré que ceux-ci étaient positivement couplés à l'adénylate cyclase. Un réseau de fibres à PACAP parcourant l'infundibulum se termine au contact du système porté hypothalamo-hypophysaire. Par ailleurs, le PACAP stimule la biosynthèse d'AMPc à partir de fragments d'adénohypophyse. Ces résultats indiquent que dans le cerveau des amphibiens, le PACAP pourrait agir à la fois comme un neurotransmetteur ou un neuromodulateur et un neuropeptide hypophysiotrope. Une immunoréactivité de type PACAP a été observée dans des fibres innervant le parenchyme surrénalien et l'analyse par HPLC a révélé que l'immunoréactivité correspondait principalement au PACAP38 de grenouille (fPACAP38). Par la technique de périfusion nous avons montré que le fPACAP38 stimule de façon dose-dépendante la steroïdogénèse. Les études de liaison à partir de cellules surrénaliennes en culture primaire ont permis de mettre en évidence l'expression de récepteurs spécifiques et de haute affinité pour le PACAP à la fois sur les cellules stéroïdogènes et sur les cellules chromaffines. L'étude du mécanisme d'action du PACAP a montré que le peptide induit une élévation des concentrations de calcium cytosolique dans les deux types de cellules surrénaliennes. Parallèlement, le PACAP provoque une stimulation dose-dépendante de la synthèse d'AMPc par des tranches de surrénales. Ces données suggèrent que le PACAP, libéré à partir de terminaisons nerveuses au sein du tissu surrénalien, participe à la régulation de la stéroïdogénèse. L'effet stimulant du peptide sur les cellules adrénocorticales est médié par l'intermédiaire de récepteurs spécifiques et met en jeu l'activation du système adényl cyclasique et la mobilisation du calcium intracellulaire. Par ailleurs, le PACAP est susceptible d'agir sur la sécrétion des corticostéroïdes par un mécanisme paracrine faisant intervenir les paraneurones chromaffines


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (200 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 250 références

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 93/ROUE/S031
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section sciences site Madrillet.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 93/ROUE/S031
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.