Réinvasion du globule rouge humain par Plasmodium falciparum : protéinases parasitaires et cytosquelette érythrocytaire

par CHRISTINE BARRAULT

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Joseph Schrevel.

Soutenue en 1993

à Poitiers .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La phase de reinvasion de plasmodium falciparum, agent du paludisme humain mortel, est une etape cle du cycle biologique de ce protozoaire. Des proteases parasitaires interviennent dans la destabilisation du cytosquelette erythrocytaire lors de la liberation des merozoites et dans les etapes de l'invasion de l'hematie. Une proteinase parasitaire specifique de la sequence peptidique val-leu-gly-lys (ou arg) a ete identifiee et caracterisee dans les merozoites de p. Falciparum. Des inhibiteurs specifiques de cette proteinase ont ete synthetises et testes sur des cultures in vitro synchronisees de p. Falciparum (souche fcb1). Une inhibition de 50% de l'invasion (ic#5#0) a ete obtenue avec 0,1 mm de glca-val-leu-gly-lys-ch#2nhc#2h#5. A cette concentration, aucun effet n'est observe sur la phase de croissance-maturation et sur la liberation des parasites. La fixation du glca-val-leu-gly-lysch#2n(ac)et sur une macromolecule non immunogene, ameliore le pouvoir inhibiteur de ce derive peptidique. Un serum de lapin dirige contre la proteinase a permis de montrer que cet enzyme existait sous une forme native de 105 kda puis subissait une hydrolyse en fragments de 96, 68 et 38 kda lors de sa purification en absence d'inhibiteur de proteases. En immunofluorescence, la proteinase a ete localisee a l'apex des merozoites. Une autre proteinase parasitaire degrade la spectrine et la proteine 4. 1 des membranes erythrocytaies isolees. Elle pourrait donc jouer un role important dans le developpement du parasite et/ou lors de la liberation des merozoites. Des globules rouges presentant des anomalies moleculaires au niveau de la chaine i de la spectrine ont ete testes en culture in vitro de p. Falciparum les parasitemies obtenues sont nettement inferieure a celles des cultures temoins. Une pression de selection, exercee par le paludisme, pourrait expliquer la frequence anormalement elevee du variant #i#/#6#5 en afrique de l'ouest. La synthese d'inhibiteurs specifiques de ces proteinases devrait permettre le developpement de nouvelles strategies de chimiotherapie antipaludique


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (150 p.)
  • Annexes : 296 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. Section Sciences, Techniques et Sport.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 27-2-572
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.